dimanche 19 juillet 2015

Deux “Frouzes” à la (dark) Veudale

Où emmener grimper un “monchu” un 14 juillet ? À peine arrivé de sa ville urbaine, il manque d'entraînement… Pourquoi ne pas fuir la France, alors ? Voilà qui n'est guère patriotique, un jour de fête nationale ! Et si on envahissait la Suisse ? Voilà qui n'est guère amical ! C'est pourtant ce que Zian m'a proposé.

Tandis que nous franchissons le poste de douane du Châtelard-Frontière, je m'aperçois que j'ignore quel sobriquet les Helvètes nous donnent. Zian me répond sans hésiter : les Frouzes. Super ! Et commode pour cette rime rare : à part blouse, douze et flouze, elles ne sont pas nombreuses. Et le guide d'ajouter : Il nous arrive de les appeler “Oin-oins”, nos amis suisses. Un partout, donc. C'est pourtant grâce à un Suisse – et non des moindres – que la voie “Dark Veudale” est au programme. Michel Piola la présente en effet dans son tome 2 des Aiguilles Rouges. Son croquis est attrayant : l'escalade est facile, longue, et agrémentée de petits passages techniques.

Pour la beauté du geste, elle s'achève sur un vrai sommet, la pointe de la Veudale (2492 m). Julien, un collègue guide de Zian, réputé pour la sévérité de ses opinions alpines, a trouvé la voie “intéressante”. De quoi se laisser tenter… L'appellation, quant à elle, se réfère à Star Wars et son personnage Dark Vador. Nous voici encore dans des allusions guerrières…

À part mon casque (bleu), je ne pense cependant pas ressembler audit personnage… quoique !

Pour passer à l'attaque (vocabulaire d'envahisseurs), il faut aussi en passer par les limitations de circulations imposées par les travaux pharaoniques en cours sur le site des barrages d'Emosson. Bus et navettes, organisés avec un soin tout helvétique, nous permettent de rejoindre le barrage du Vieux-Emosson. Oui, on ne dit pas “vieil” Emosson, mais “vieux”. Ça sonne bien. Sauf que le vieux barrage a été arasé, puis surélevé, paraissant flambant neuf ! Aussi faudra-t-il s’accommoder d'une ambiance “travaux publics” durant l'escalade. Pour ma part, j'aurais tort d'en prendre ombrage. Pour au moins deux raisons (soyons Sciences Po) : la première est que la Suisse montre sa prévoyance et son dynamisme afin de s'assurer un avenir hydro-électrique radieux ; la seconde est que mon cher grand-père André Odemard avait travaillé dans ce secteur, allant même exercer ses talents de dessinateur industriel au barrage de la Girotte aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il n'avait pas manqué de me transmettre son inclination en faveur des barrages de montagne.


Oserais-je cette opinion peu écolo-correcte ? Les retenues d'eau, au moins, ne polluent pas, et elles dessinent de superbes lacs – celui d'Émosson est une référence. C'est mieux qu'une centrale nucléaire, non ?

L'attaque est douce : un mini-dièdre incliné, orné d'un gollot, suivi d'un bref mur ludique en 4c. Suivent des dalles inclinées escaladables sans les mains. Petit gag : le couloir défendant l'accès à la suite est occupé par un névé qui résiste encore et toujours à la canicule. Taille de marches avec un gros caillou : Zian fait un retour dans le passé familial !


De l'autre côté, le “crux” de la voie : un joli mur lisse, la “dalle aux bénitiers”, occasion de mouvements techniques et d'un rétablissement très “bleausard” pour un 5a de qualité.

Au-dessus, l'itinéraire part dans une longue diagonale en 3c/4a soutenue (oui, ça existe aussi à ce niveau), sans beaucoup d'équipement en place – je récupérerai quelques coinceurs et friends au passage. Grâce à ces quelque 100 mètres à corde tendue, nous parvenons au second couloir, franchi selon la même technique que le premier. Ludique, vous dis-je ! Et qui donne envie d'un remontant chocolaté.
À gauche : dans un océan de dalles.

Le topo-Piola® indique, laconique, 150 m de traversée. C'est un minimum, au terme desquels on parvient sous un ressaut généreusement végétal, duquel émergent quelques blocs, dont un orné d'un spit. Peu engageant ! Aussi le guide me dirige-t-il vers le bas, jusqu'à de somptueuses vires où nous déjeunons au soleil – tout aussi somptueux dans son rayonnement. La crème solaire se mêle au beurre des sandwiches.

Et après ? C'est là que le rôle du guide fait merveille. J'ai bien compris l'arrière-pensée de Zian, pour avoir lu le topo. Le voilà partant en diagonale dans de superbes dalles inclinées faciles, puis prenant la tangente. Je démarre à corde tendue, juste au-dessus du névé. Grande longueur.


Le rocher se redresse, et ce sont une quinzaine de mètres de jolis passages délicats, dans lesquels, à ma grande surprise, je n'utilise aucun point d'aide. Bizarre autant qu'étrange ! “Eh bien, tu as vu ? Pour du 5c, tu es bien passé !”, me félicite Zian. Incrédule, le monchu…

La suite est moins amène. Ça se redresse encore, et trois spits brillent sur des proues de rocher brunâtre d'aspect redoutable. J'assure au descendeur (tiens, encore un indice ?) tandis que Zian négocie avec de souples mouvements le long passage, en libre bien sûr. Quand vient mon tour, je comprends qu'il va falloir m'employer, comme on dit. Quinze nouveaux mètres raides, techniques, où, cette fois, c'est Waterloo. Trois points d'aide et pas mal de brutalité dans la progression.


Au-delà du spit numéro 3, traversée horizontale, puis fissure et franchissement d'un surplomb par la droite, et retour de difficultés “honnêtes” (5b puis 4b).

L'exégèse du topo s'impose : il va bien falloir inverser la cotation. 5b dans la première longueur, selon toute vraisemblance, et 5c dans la seconde (et non l'inverse, comme sur le topo). Ou bien j'aurais été un cador en L1… et un sarpé en L2. Est-ce possible ?

Car nous venons de sortir de “Palomba bianca”, ligne ouverte par Michel Piola et Pascal Strappazzon en novembre 2010 (ils étaient plus au frais que nous).

Sortie de la seconde longueur. Piètre photographe, j'ai laissé Zian prendre tous ces clichés. Il n'apparaît qu'en ombre chinoise…

La dénomination de la voie met un terme à nos velléités nationalistes : en espagnol, “palomba” signifie “colombe”, tandis que l'italien “bianca” se traduit par “blanche”. La colombe blanche de la paix. Une façon de tordre le cou aux blagues belliqueuses parsemant cet article. Frouzes et Oin-oins soudain réconciliés au sommet.


La fatigue se fait sentir pour les 50 mètres de progression à corde tendue dans du terrain mixte (entendez par là : rocher + herbes) avant de déboucher au sommet. Très beau panorama à 360°, Perrons, Grenairon, lac asséché du Vieux-Emosson, aperçu de la Verte par-dessus les crêtes du col de la Terrasse.


Au sommet de la Veudale. L'aiguille Verte montre le bout de son nez – pardon, de son sommet.

On est bien, là-haut, après la poignée de mains rituelle. Merci, m'sieur le guide, pour ces moments !
Mais qu'on a chaud !

Le guide file dans la descente. C'est qu'il ne s'agirait pas de rater le dernier bus !

Aiguillonnés par la soif, nous nous précipitons dans la descente par les gorges de la Veudale. Zian prend même la directissime par le lit du torrent – déconseillé sauf aux chamois, et encore ! Pour ma part, je reste sur le sentier officiel, quelque peu irrité, je dois le dire, quand des grillages m'interdisent de prendre pied sur la route – engins de travaux obligent – et me contraignent à remonter jusqu'au col du Passet. Mais tout a une fin, et deux litres de boissons fraîches nous désaltérerons à la Geulaz.

Ultime considération internationale : ces derniers temps, le franc suisse, alias CHF, a pris son envol tant il est prisé par les financiers. Plus récemment, la baisse de l'euro face à toutes les autres monnaies a accentué le phénomène*. Au point que le café, au restaurant-bar d'Émosson, atteint des prix stratosphériques… 3,50 € la tasse d'expresso, les Champs-Élysées sont battus ! Petite précision : les Suisses qui pratiquent ces prix n'y sont pour rien, car, pour eux, rien n'a changé. Quand le CHF cotait 0,70 euros, ledit café revenait à l'équivalent d'un peu plus de 2 euros. Rien d'exceptionnel à 1970 m d'altitude…
*1 CHF cote environ 0,96 €

Annexe : itinéraire. Nous vous conseillons de vous procurer le topo de Michel Piola, qui décrit en détails les deux itinéraires que nous avons gravis ce 14 juillet.
Deux précisions :
(1) La hauteur de la première partie doit se situer aux alentours des 200 mètres, mais mesure beaucoup plus en “développé” en raison des nombreuses traversées.
(2) La L1 de Palomba bianca (en réalité la cinquième, car il existe une première partie plus bas sur la gauche) serait donc en 5b, et la L2 avec un long passage en 5c (3 spits).

Tentative de tracé, très approximatif contrairement au topo de M. Piola. À droite, le Vieux-Émosson surélevé et la route d'accès. La hauteur du barrage (75 m) donne l'échelle du parcours.

samedi 27 juin 2015

Taxis, VTC et autres UberPop : un débat mal posé

Les conflits entre taxis, VTC et formules à la UberPop pèchent par des oppositions caricaturales et mal argumentées. Il ne suffit pas, en effet, d'opposer les “méchants” taxis aux gentils “chauffeurs occasionnels”.

Certes, les taxis se sont enfermés dans une logique mortifère. Le contingentement du nombre de licences a fait exploser leur valeur – les fameuses “plaques”, jusqu'à 180000 € – et grève d'autant les comptes des chauffeurs, puisqu'il doivent rembourser l'emprunt qui les finance. Des solutions avaient été imaginées, comme l'attribution d'une seconde licence, gratuite, à tous les actuels détenteurs. En revendant cette licence, ils réduiraient d'autant leur endettement, et donc leurs charges, ce qui ouvrirait la voie à une (légère) baisse du prix des courses. Ce faisant, même si le nombre de taxis en activité augmenterait, les titulaires ne subiraient pas de préjudice puisque (1) la demande est largement supérieure à l'offre (2) la réduction des tarifs attirerait de nouveaux clients.
Le refus de tout accroissement du nombre de licences bloque le système… qui “fuit” alors vers les VTC et autres UberPop, ce qui est bien pire.

Le conflit révèle un autre problème, que peu de gens acceptent de considérer, par ignorance ou par naïveté. Il faut être travailleur indépendant pour le comprendre. Le statut courant d'indépendant suppose de financer sa couverture sociale à partir de ses propres recettes. Le jeu des planchers, des minima et autres tranches de calculs induit une cotisation minimale annuelle de l'ordre de 10000 €. La création des statuts dérogatoires comme la microentreprise (ex-autoentreprise) permet d'éviter tout plancher. Attention cependant : en deçà d'un certain niveau de chiffre d'affaires, la protection sociale n'est pas acquise. C'est pour cette raison que nombre de microentrepreneurs sont déjà couverts par le biais du salariat principal, de la retraite ou encore de Pôle Emploi. Quant à ceux qui exerceraient dans une configuration UberPop sans déclarer leurs recettes (et donc avec zéro charges), on comprend qu'ils puissent pratiquer des tarifs “attractifs” ! Ajoutons à cela pour faire bonne mesure la question de la TVA : tant que l'on exerce en franchise de TVA, on bénéficie d'un avantage concurrentiel de 20%. Reconnaissons que nous sommes loin d'une concurrence juste…

Essayons donc de mesurer ce que ressent un artisan-taxi déboursant les mensualités d'emprunt pour sa plaque, pour son véhicule, ainsi que les charges sociales “normales” et la TVA, tandis qu'il voit des concurrents soit totalement exonérés de toutes ces charges, soit soumis à des niveaux dérogatoires, tandis que le véhicule, s'il est personnel, est amorti par ailleurs, de même que la couverture sociale.

La conclusion est que la multiplication des statuts empêche toute égalité de traitement, tandis que le  corporatisme du numerus-clausus conduit au désastre. Au-delà de ces questions, cruciales, une autre va se poser à l'avenir : grâce à Internet, aux smartphones et autres technologies, de plus en plus de gens seront en mesure d'exercer un métier de façon partielle, complémentaire et… discrète. De deux choses l'une : soit on laisse faire, et, à terme, ce sera la paupérisation et l'écroulement des systèmes de solidarité, soit on adapte nos règles à ces nouveaux modes d'exercice, en imaginant une contribution à la solidarité qui reste universelle tout en étant également et justement répartie.

Car c'est certainement sympathique et attrayant d'encaisser quelques centaines d'euros par mois en “jouant au taxi” amateur. En revanche, n'avoir pour vivre que des activités de ce type, sans protection sociale autre que la CMU, est nettement moins réjouissant. Des “jobs à 1 euro de l'heure”, mais versant travailleur indépendant.
Pensons-y !