dimanche 10 octobre 2010

Cosmique arête…

L’avez-vous noté ? Ce dimanche était le 10/10/10, 10 octobre 2010. Depuis 2001, nous rencontrons chaque année une de ces dates amusantes, et cela continuera jusqu’au 12/12/12. Après, il faudra être patients et attendre le 2 février 2022. Bigre ! Vertige du temps qui passe… comme à l’aiguille du Midi ce 10 octobre, où une jolie course m’a plongé dans des considérations… cosmiques. Le calembour était tentant, j’y ai cédé.

L’immuable et le changeant
Ce n’est pas le moindre paradoxe de la montagne que de symboliser à la fois l’immuable et le changeant. Si le mont Blanc est toujours là (heureusement !), l’arête des Cosmiques a changé, depuis quelques décennies. Une belle façon de nous signifier qu’il faut accepter le changement, le vivre positivement.
Qu’auraient pensé George et Maxwell Finch, les premiers ascensionnistes de l’arête il y a presque un siècle ?

La première date en effet du 29 août 1911, voir ci-contre un extrait de l'édition de 1931 du Guide Vallot (cliquer sur l'imagette pour zoomer).

Leurs impressions devaient paradoxalement être proches des nôtres aujourd’hui, puisque l’année 1911 fut une année de canicule et de sécheresse mémorable, qui favorisa l’ouverture d’itinéraires nouveaux, au premier rang desquels le célèbre Grépon-Mer de Glace (19 août). Un record de 31 degrés fut même enregistré à Chamonix en septembre de cette année-là. En revanche, George & Maxwell ne disposaient pas du téléphérique pour les déposer à pied d'œuvre, d'où une marche d'approche (et de retour) longue, soit depuis le Requin, soit depuis le col du Géant ! Et au lieu de s'arrêter à la plate-forme des touristes, ils grimpèrent jusqu'au vrai sommet, ce qui, aujourd'hui, est non seulement impossible mais dangereux (câbles électrifiés).


Peu après l'attaque de l'arête des Cosmiques, un petit verrou rocheux.

La premier gendarme, très pointu contrairement au second. À noter que le ciel bleu est ici un odieux trucage Photoshop (la météo était plutôt au “jour blanc”).

Le parcours de l’arête des Cosmiques est toujours varié et ludique, comme l'illustre ce cliché.

Ambiance “momunentale” entre les deux gendarmes. C’est dans la Grosse tour, à droite, que se développe une couenne historique (8a) dont on peut voir une vidéo sur le site de TV Moutain. Comme quoi l’extrême et le facile se côtoient en toute harmonie !

Entre la Grosse tour et le ressaut final des Cosmiques, le niveau de la neige peut varier dans de grandes proportions, comme en témoignent ces deux photos. À gauche, le passage photographié le 18 juillet 1980, un été spécialement enneigé. À droite, ce 10 octobre. Le pinacle de quelque 6 m de haut disparaissait presque entièrement sous la neige trente ans plus tôt !

Le passage-clé final a changé lui aussi. Naguère franchi par un rétablissement sur une prise assez haute, il se passe plus à droite, le long d’une fissure assez fine et grâce au secours de deux prises taillées pour les pointes-avant des crampons (un 4a d’après Camp To Camp). Je confesse ici que lesdites prises taillées, de l’ordre de la profanation d’un certain point de vue, m’ont été d’un grand secours, ainsi que le piton à anneau enfoncé dans le début de la fissure…

Mais les changements, il convient aussi de les accepter pour soi ! J’ai dû me “gendarmer” (expression de circonstances) pour travailler le positionnement des pieds, chercher les prises et dompter les effets de l’altitude qui rendaient mes bras d’athlète quelque peu mollassons… C'est pourquoi je remercie encore une fois le jeune Zian d'avoir conduit le vénérable ascensionniste que je suis (j'exagère, mais il y a de ça) pour la troisième fois cet été (Voir les billets des 12 septembre et 4 octobre). Les guides m'épatent toujours par la rapidité et l'efficacité de leurs manœuvres de corde et d'assurage ! Voilà qui m'a permis de goûter dans d'excellentes conditions ce parcours classique mais toujours réjouissant.
Partis vers 9h20, à midi largement sonné (12h25), nous étions de retour à l'Aiguille. La boucle était bouclée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire