jeudi 5 mars 2009

Jolie bambée !

Comment qualifier le très bel enchaînement réussi par Julien Herry et Max(ime) Belleville à la fin septembre dernier ? Une (très) longue et (très) jolie “bambée” semble une dénomination adaptée !

Les deux alpinistes ont en effet trouvé le moyen d'enchaîner en quatre jours trois des parois les plus hautes, difficiles et célèbres du massif du Mont-Blanc et ce bien qu'elles soient très éloignées les unes des autres. Pour chacune des trois montagnes, ils ont choisi des itinéraires toujours difficiles, voire en partie inédits. L'entreprise est élégante et fait beaucoup rêver le modeste pratiquant de la montagne qui signe ces lignes, d'où l'envie de l'évoquer dans ce blog – d'autant que Max a eu la gentillesse de me fournir quelques informations.


Ci-dessus: la face nord des Droites et l'itinéraire gravi (*)

Le 24 septembre, les deux compères ont “décollé” du refuge d'Argentière à 3h du matin et atteint la rimaye de la face nord des Droites vers 4h. Ils ont alors gravi la redoutable paroi en une dizaine d'heures, empruntant une combinaison des itinéraires parmi les plus difficiles. Ils ont ainsi surmonté l'important rempart de dalles redressées dans le tiers supérieur de la paroi en commençant par “Maria Callas Memorium” puis en utilisant des placages de glace conduisant en diagonale vers la sortie de la voie Colton (ceux qui ont la chance de disposer du très beau topo de François Damilano pourront imaginer le tracé page 124 entre les itinéraires 250 et 251).


Ci-dessus : la flèche pointe sur le “bastion” rocheux supérieur.

Arrivés au sommet à 14h, Max et Julien ont entamé une longue descente les conduisant six heures plus tard au refuge de Leschaux, où ils ont passé la nuit.

Le lendemain, ils sont partis vers 5h pour rejoindre la face nord des Grandes Jorasses, attaquant vers 7h30 dans le secteur des pointes Marguerite et Young. Ils avaient choisi de reprendre une voie peu parcourue, dont l'ouverture avait de surcroît été réalisée dans des circonstances particulières : le 22 juin 1994, Ivano Ghirardini et Slavko Sveticic avaient gravi 600 mètres de concert avant que le second ne décide (le lendemain) de prendre la tangente, tandis que le premier découvrait une goulotte cachée lui permettant de sortir au voisinage de la pointe Young (dernière pointe des Jorasses à droite). Ghirardini baptisa la voie “Rêve éphémère d'alpiniste”, la coulée de glace qu'il avait inaugurée ayant trouvé le moyen de fondre quelques heures après son ascension.


Ci-dessus : la voie “Rêve éphémère d'alpiniste” attaque à droite de la face Nord, rejoint un éperon et passe derrière pour suivre la goulotte “éphémère” (*).

Après avoir suivi – et vraisemblablement assorti de variantes – la voie précitée en sept heures, Julien et Max atteignaient la pointe Young et descendaient passer leur deuxième nuit au bivouac Canzio.


Le lendemain, ils effectuaient, selon les termes de Max, la “liaison” avec le refuge de la Fourche. Un euphémisme pour cette longue traversée d'arêtes passant par la Calotte, le Dôme et l'aiguille de Rochefort, le col du Géant et les pentes menant à la Fourche !

Le 27 septembre, quatrième jour pour un final d'ampleur : les deux alpinistes ont quitté le refuge-bivouac vers 3h30 pour atteindre le pied du Grand Pilier d'Angle vers 6h. Bien que figurant parmi les 4000 officiellement référencés, malgré sa hauteur exceptionnelle de mille mètres, ce Grand Pilier a attendu longtemps d'être intronisé comme une montagne à part entière à cause de ses prestigieux voisins et voisines : la Blanche de Peuterey et… sa majesté le mont Blanc en personne. Il faudra attendre la première ascension de cette paroi complexe par Bonatti et Zappelli en 1962 pour que justice soit rendue à celui que les topos ont siglé “GPA”. Depuis, une dizaine d'itinéraires y ont été tracés, dont l'entrelacs a de quoi décontenancer le plus expert des “topositeurs” (sauf Damilano, qui a plus d'une corde à son arc).


Ci-dessus, de gauche à droite (*) : la Blanche de Peuterey, le Grand Pilier d'Angle (4243 m), le mont Blanc de Courmayeur (4748 m) et le mont Blanc (tout court et à 4808 m).
Nos deux alpinistes ont combiné semble-t-il deux itinéraires, attaquant tout à gauche de la paroi par la voie des Belges pour sortir plus ou moins par la Cecchinel-Nominé, une combinaison certainement efficace et encore plus certainement difficile. Une fois parvenus à 4243 mètres d'altitude, en haut du pilier, il ne leur restait plus qu'à suivre l'arête jusqu'au sommet, soit encore un très long parcours, qu'ils ont atteint vers 17h30…

À consulter aussi : http://www.thebmc.co.uk/News.aspx?id=2885

(*) Photos aimablement fournies par Maxime Belleville

Post-scriptum du 4 mai 2009 : compléments d'informations à la page http://jeanluctafforeau.blogspot.com/2009/05/medley.html.

2 commentaires:

  1. Bonjour,

    C'est d'Ivano Ghirardini qu'il s'agit pour Rêve Ephémère et pas d'Ivan (francisation inutile avec l'Europe).

    Rêve Ephémère c'est la goulotte entre les pointes Marguerite et Young et cette goulotte sort à la brèche entre les deux pointes.

    Il existe un ressaut qui a posé problème à la cordée Svetic-Ghirardini et qui explique leur séparation.

    Slavko Sveticic a opté pour quitter la goulotte et rejoindre la Pointe Young.

    Ivano Ghirardini a préféré bivouaquer pour attendre que cela regèle et il a continué la goulotte au dessus du ressaut (petit rappel pour la rejoindre). Il n'est pas sorti de la Voie à la Pointe Young, mais à la Brèche entre la Marguerite et la Young. La fin de la voie est plus coté Marguierite que Young et est vraiment très belle.

    Le ressaut évité (deux longueurs) reste à faire et pose problème.

    L'intégrale de Rêve Ephémère (avec le ressaut donc) , une voie qui donc ne passerait jamais par la pointe Young, sauf pour la traversée d'arête pour redescendre, est une première qui reste à faire.

    Salutation et bonne continuation dans vos aventures alpines.

    RépondreSupprimer
  2. @texto

    Merci pour ces intéressants commentaires très précis ! Voilà un itinéraire dont on connaîtra mieux l'histoire et le tracé.

    RépondreSupprimer