vendredi 16 septembre 2016

Les sept gauches ou le “jeu de cons”

Impossible de résister au plaisir de citer les descriptifs cruels et réjouissants de Gérard Courtois dans sa chronique du Monde daté du 14 septembre. Sept (7) gauches, dénombrées selon lui.
Attention, soyez attentifs, la diversité règne :
1. La Gauche nostalgie, “on y passe de vieux tubes” de l'époque où le “parti [communiste] était installé en premier de cordée”.
2. La Gauche quinoa, de Mélenchon, luttant, entre autres choses “contre la production de protéines carnées”.
3. La Gauche made in France, de Montebourg, “pas moins forte en gueule et guère moins cinglante”.
4. La Gauche grincheuse des frondeurs, dont la “grande primaire” a peu de chances d'aboutir.
5. La Gauche covoiturage, de Cécile Duflot, “on peut douter que cette bataille picrocholine [la primaire verte] donne naissance au ‘grand mouvement majoritaire’ que Cécile Duflot appelle de ses vœux”.
6. La Gauche start-up (ou stand-up), de Macron, “assez téméraire pour vouloir inventer la politique hors-sol”.
7. La Gauche Élysée-Matignon, enfin, celle de Hollande et Valls.
Et le chroniqueur de conclure que “cette pétaudière” est “le plus sûr moyen de voir la gauche battue dès le premier tour de la présidentielle”… “au risque d'un suicide collectif”.

L'embarras du choix ? Pas sûr…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire