jeudi 15 septembre 2016

C'est pas bien, mon petit garçon !

Depuis presque un an, j'utilise avec satisfaction une imprimante HP OfficeJet Pro 8620. Mardi 13 septembre, une étrange mésaventure m'a passablement décontenancé.

Pour des raisons d'économie évidentes, j'emploie des cartouches d'encre “compatibles” de marque UPrint, 20 à 25% moins onéreuses que leur homologues de marque HP. On les trouve chez de nombreux détaillants, dont Bureau Vallée – pour dire qu'il ne s'agit pas de produits marginaux.

Or, en fin de matinée mardi 13, un message de l'imprimante m'indiqua qu'une cartouche était “défectueuse”. Confiant, je changeai donc la bleue, qui d'ailleurs était presque vide. Nouveau message : cette fois, la magenta se trouvait également défectueuse, quoique encore à moitié remplie. Nouveau changement, nouveau message : la jaune, à son tour, refusait de fonctionner. La cartouche noire ne broncha pas… mais, de nouveau, ce fut la bleue qui envoya un message de défectuosité… et ainsi de suite. Bref ! Aucune cartouche UPrint n'était acceptée.


Renseignements pris auprès de mon fournisseur, il semblerait – j'écris au conditionnel car je n'en ai pas la preuve* – il semblerait, donc, que HP ait effectué une “mise à jour” du module d'identification des cartouches, qui lit une puce intégrée dans celles-ci, conduisant à un refus soudain et immédiat des cartouches compatibles installées.

Comment est-ce possible ? Tout simplement parce que l'imprimante est connectée à Internet – ne serait-ce que pour pouvoir envoyer des pages scannées par mail, par exemple. Ce faisant, HP espionne les utilisateurs, et donc se paye le luxe de perturber l'emploi des fournitures qui ne sont pas de sa marque – alors même qu'il n'est pas illégal d'en installer (vous imaginez une chaîne de magasins comme Bureau Vallée commercialiser des produits de contrefaçon ? Mois pas !).

Ne pouvant arrêter toute impression en l'attente de la mise à jour des cartouches UPrint (annoncée sous quinzaine, et sujette à caution), j'ai dû me procurer une boîte de marque HP du jeu complet (entretemps, la cartouche compatible noire ayant été à son tour invalidée). Bilan : 8 cartouches compatibles inutilisables (enfin, 7, la bleue étant vide), soit une centaine d'euros à la poubelle, tandis que je déboursai une autre centaine d'euros pour le pack HP.


Une fois ces cartouches HP installées, je reçus un message satisfait de l'imprimante, m'indiquant que j'avais installé des cartouches originales HP et que, de ce fait, je “méritais une récompense”. Rageusement, j'ai cliqué sur “Non merci” (le bouton n'apparaît pas sur la copie d'écran ci-dessus, mais figurait bien dans le dialogue).
Le fabricant de l'imprimante me prendrait-il pour un petit enfant pas sage, que l'on vient de gronder – “c'est pas bien, mon petit garçon, d'installer des cartouches compatibles” – et à qui l'on offrira un paquet de bonbons parce qu'il est rentré dans le rang ? Surtout quand le paquet de bonbons revient à 200 €. Je retrouve là cette attitude infantilisante typiquement anglo-saxonne, insupportable de ce côté de l'Atlantique – du moins est-ce mon ressenti !

* Addendum du 28 septembre : l'information est confirmée par Tomshardware.fr, le Monde Informatique et le Journal du Geek. Aucune solution ou parade n'est cependant évoquée…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire