jeudi 26 mai 2016

L'inversion de la hiérarchie des normes

Un billet du futur, sur le mode de la science-fiction.

L'inversion de la hiérarchie des normes… Un principe juridique découvert grâce à la réforme du droit du travail, qui allait trouver de nouvelles applications pratiques : la laïcité.
Nous sommes en 2030. Désormais, la laïcité “ouverte” intègre cette inversion, permettant à tous les pratiquants de souscrire librement à des règles dérogeant aux principes de la loi, afin que soient respectés ses convictions et modes de vie.

L'exemple des conventions catholiques en illustre l'efficacité et la subtilité. Elles ont été rédigées par une libre négociation entre les pratiquants et les représentants du Vatican.

Grâce à la Carte Vitale “augmentée”, le catholique pratiquant est en mesure de s'identifier au moyen de son smartphone, via une appli dédiée. Pour bénéficier du quotient familial, des allocations familiales et autres aides fiscales ou sociales, il doit valider a minima 52 messes dominicales sur l'année (plus les fêtes obligatoires telles que le 15 août, le 1er novembre et le 25 décembre si elles ne tombent pas un dimanche, sans oublier le jeudi de l'Ascension). Le titulaire d'une carte estampillée “catholique” a par ailleurs l'interdiction de divorcer, d'acheter des contraceptifs dans les pharmacies, de demander une IVG, de travailler le dimanche ou de se marier s'il est homosexuel. Les peines encourues (amendes, prison) sont instituées en dérogation au Code pénal.

Pour éviter toute instabilité du système, le changement de religion – ou son abandon – sont soumis à une “bourse des apostasies”, à la façon des “droits à polluer” ou des licences de taxis. La dernière cote indique 300000 € l'unité, ce qui dissuade les candidat-e-s et stabilise le périmètre des communautés. Cette réforme fondamentale a l'immense mérite de créer des “communautés virtuelles”, respectant la liberté et les convictions de chaque citoyen-ne. Elle est bien entendu inscrite dans la Constitution de la VIe République (2028).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire