dimanche 31 janvier 2016

Voilà

En triant de vieux papiers, que trouvé-je ? Un ancien billet de Robert Solé (Le Monde). Savoureux et salutaire, toujours d'actualité. Extraits.
« Voilà n'est pas voici. Ces mots se distinguent l'un de l'autre par la distance (voilà votre nez et voici le mien) ou par le moment de l'action (voilà ce qu'il a fait et voici ce que je vais faire). Mais le français évolue. […] Nous savons ponctuer nos phrases de “voilà” à tout bout de champ, à tout propos, du matin au soir. Il suffit d'écouter dix minutes de radio pour le mesurer. […] La France manque de pétrole, parfois d'idées, mais des “voilà”, elle en a en veux-tu en voilà. C'est un tic délicieux, pas lassant du tout. Mais voilà, il fallait le saluer. Ce mot indispensable est prononcé avec une telle spontanéité, une telle générosité que voilà… Béquille ou bouée, il permet de ne pas terminer ses phrases, laissant entendre que tout a été dit. Souvent il permet de ne rien dire. Enfin voilà. »
Et voilà !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire