dimanche 4 janvier 2015

Le “Monde” change…

Qu'on me permette de commencer l'année sur un coup de gueule…

Mon quotidien préféré du soir, Le Monde, annonçait pour son numéro de nouvel an qu'il changeait :


Ah, pardon. Le “monde” sans lettre capitale au M. C'est donc bien du monde dans lequel nous vivons dont il s'agit. Oui, c'est exact : les marques portent une majuscule…

La veille, le 31 décembre 2014, que nous annonçait ce Monde avec une majuscule ?


Veillant à ce que notre moral soit excellent en vue du réveillon, le quotidien de la Saint-Sylvestre annonçait une rafale de hausses de tarifs, notamment réglementés, et ce dans une France “sans inflation”. Entendez par là de nouveaux accrocs dans notre pouvoir d'achat. Précision tout de même : “Dans le secteur privé […] la baisse des prix est accentuée par la chute du pétrole”.

On se souvient des exhortations d'un des chroniqueurs du même journal, Arnaud Leparmentier, qui souhaitait une hausse brutale des taux sur notre dette publique, afin que nous accomplissions enfin les réformes structurelles qui s'imposent. Nous avions été touchés de tant de sollicitude de sa part.

Étaient-ce ses vœux pour 2015 ?… avec un peu d'avance, l'article datant du 18 décembre.

Quel rapport, me direz-vous ? Attendez, voici la conclusion du feuilleton.

Dans son numéro de nouvel an, voici que la direction nous annonce que le prix du quotidien en kiosques passe de 2 € à 2,20 €. Une hausse de 10% ! Rien que cela ! Difficile de ne pas faire le lien avec la manchette de la veille. Il faut croire que le pétrole n'entre pas dans la composition du journal, puisque son prix, loin de chuter, s'envole carrément – surtout dans un pays “sans inflation” (enfin, en dehors du secteur de la presse). À noter que ce prix avait déjà crû de 11% début 2014 (de 1,80 à 2 €). + 22% en seulement un an !

Alors, on serait tenté de répondre ceci à M. Leparmentier : lui qui est si soucieux des réformes structurelles, il n'a qu'à en proposer à sa direction, afin d'éviter de nouvelles hausses de prix. “Structurelles” ? Vous savez de quoi il s'agit, inutile de vous faire un dessin !

Et pour faire bonne mesure, nous vous souhaitons une excellente année 2015 :

• Avec un Monde qui ne change pas (ses prix)
• Avec un monde qui change, ça oui !, et si possible dans le sens de plus de justice et d'humanité
• Avec des taux de dettes publiques aussi bas que possible
• Avec des baisses des tarifs réglementés, par exemple ceux du gaz, rappelons-le, indexés sur ceux du pétrole (du moins était-ce ce qu'on nous indiquait en cas de hausse).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire