vendredi 27 juin 2014

Courage… Fillon !

J'avais toujours pensé que François Fillon était un “faux mou”. Exaspéré par les “ruptures partielles” et les “petits pas” de celui dont il fut le zélé collaborateur, il vient de dévoiler un programme de “rupture totale”. Voilà qui semble apporter la preuve de sa dureté… quoique !

Une charretée de réformes vraiment “structurelles”, selon 8 axes – rien de moins !

Tout d'abord, briser le fameux “verrou” des 35 heures, tant dans le privé que dans le public. L'ancien premier ministre propose de revenir aux 39 heures. Mesquin ! Pourquoi se bloquer sur un autre “verrou” datant de Mitterrand ? Pourquoi ne pas “revenir” aux 40 heures… du Front Populaire ? Encore un symbole de gauche. Que nenni ! La durée du travail devrait être le maximum européen : 48 heures. Dommage !

Supprimer un jour férié du mois de mai. Quelle timidité ! Tout le monde sait que les Français abusent des jours fériés. Je serais, pour ma part, favorable à la suppression de tous les jours fériés, en les transformant en “journées de solidarité” diverses et variées : pour financer les bonus des traders, pour compenser la suppression de l'ISF, pour indemniser les footballeurs blessés, pour mieux équiper les armées, le concours d'idées est ouvert !

“Améliorer l'efficacité de l'indemnisation du chômage”. Soyons ef-fi-caces ! M. Fillon propose une dégressivité des indemnités, afin d'accroître l'incitation à la reprise du travail. Coupable concession : si l'indemnisation du chômage incite à l'inactivité alors l'inverse est vrai : la non-indemnisation du chômage incite à… l'activité. Supprimons donc toute indemnisation. CQFD.

Revoir l'indexation du SMIC en “se basant sur des comparaisons internationales”. Bien vu ! Comparons notre salaire minimal à ceux d'autres pays européens comme la Hongrie ou la Roumanie (environ 120-130 euros). Des marges de compétitivité à trouver !

Alléger les prélèvements sur les entreprises grâce à une hausse de 3 points de la TVA. Mais attention, une hausse “modulée”, ne confondons pas. Qu'est-ce que 3 malheureux points ? Je suis pour ma part favorable à une TVA à 33% sur tous les produits. La consommation est un luxe, soyons-en conscients à l'heure de la “décroissance”.

Repousser l'âge du départ à la retraite à 65 ans. C'est un minimum ! N'oublions pas que cet âge légal était déjà en vigueur dans les années 1960. Or, depuis, l'espérance de vie a considérablement augmenté. 70 ans, ça sonne plus “structurel” – du moins à mes oreilles.

Je m'étais trompé… Désolé ! François Fillon est donc un “faux dur”, voire un “faux derche” s'il n'explique pas comment il imposera de telles réformes aux Français sans qu'ils ne réagissent.

En tout cas, la conclusion s'impose : “Courage… Fillon” – si on le soutient – “Courage… fuyons !”, s'il devait parvenir au pouvoir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire