lundi 19 mai 2014

Les bras m'en tombent…

À la lecture des “professions de foi” des listes électorales, reçues ce lundi, les bras m'en tombent (vous allez comprendre pourquoi). Le désespoir saisit parfois le blogueur pourtant intéressé par la politique – si, si, ce n'est pas une blague. Et comme l'humour est la politesse du désespoir, nous allons ici nous attacher à être… polis.

Règle du jeu : associer à chacun de ces 12 numéros le nom de la liste qui se présente

1. Ce matin, donc l'heure du réveil a sonné (la France qui se lève tôt), et donc… Debout la France !
2. Les métaphores ont leur saveur : ne baissons pas les bras… et reprenons la main. Comme nous vous le disions supra, “les bras m'en tombent : j'en donnerais ma main à couper !” Ne soyons ni mesquins, ni manchots, ajouterions-nous volontiers.
3. Un nouveau parti voit ses adhérents exploser : il est vrai que 47 adhérents, c'était déjà beaucoup.
4. Ah, la “famille” et les “questions de société”. Qu'entendez-vous par là, chers amis ? Que l'Europe n'aurait pas les mêmes “valeurs” que vous ?
5. Certains proposent “la chaise vide” tout en “tapant du poing sur la table”. Ne restons pas assis sur la chaise, debout, donc, et renversons-là ! (NB : la table, mieux vaut préciser)
6. D'autres ont trouvé la solution. Comme dirait Charlotte Julian : “Allez hop ! tout l'monde à la campagne, Allez hop ! le soleil nous attend, Tous les petits oiseaux nous accompagnent, On va se payer du bon temps…”
7. “Notre programme n'est pas électoral”. En voilà, au moins, que l'on ne peut taxer d'électoralisme ! Mais alors… pourquoi voter pour une liste qui ne veut pas être élue ?
8. Les métaphores naturalistes font florès : de quel arbre (et de quels fruits) parle-t-on ? Les fruit défendus du paradis ?
9. “S'opposer au grand”… Mystérieuse allusion. À de Gaulle ? Quand on ne sait pas ce qu'est un “paragraphe solidaire”, c'est ennuyeux, surtout à gauche.
10. “Ne sont pas un vain mot”. Mais quel “mot” alors, parmi tous ceux qui précèdent ? C'est inquiétant, ça…
11. L'overdose de chasses d'eau (pour ceux qui font pipi… debout).
12. Pas de “régions à la hache”, une jolie métaphore bucheronne. Au bouleau, citoyens !

Mieux vaut donc en rire qu'en pleurer. Force est de constater que la rédaction, autant que la relecture, de ces tracts laissent à désirer. La pauvreté des métaphores confine aux actes manqués. C'est dur, la construction (ou, malheureusement, la déconstruction) européenne, non ?

Samedi 24 mai : solution

1. L'heure du réveil a sonné pour la liste “Nous citoyens”. Ils iront voter à l'ouverture des bureaux, de bon matin.
2. Europe Écologie prend les choses “en mains” sans baisser les bras. À bras raccourcis-citoyens aurait été aussi un joli slogan, avec ce “si-si” ressemblant au “ni-ni” d'antan.
3. Le nouveau parti, passé de 47 adhérents en 2007 à 4800 en 2014 répond au sigle de UPR et clame : « Sortons de l'UE ». Un conseil ? Qu'ils montrent l'exemple et sortent de l'Europe, créer leur nation de 4800 habitants.
4. Qui donc a peur que l'Europe réglemente leur vie familiale ? Réponse : l'UMP. La manif pour tous (réservée à quelques uns) est passée par là.
5. La chaise vide et le poing sur la table sont les armes de Nouvelle Donne, s'inspirant de deux personnalités très différentes : de Gaulle et… Margaret Thatcher. L'auteur de la formule des “cabris” allié à la femme de fer réclamant “my money !”
6. Les adeptes de l'exode vers la campagne sont l'Alliance écologiste indépendante. Une vache et un veau illustrent leur tract. Qui a dit que les Français étaient “des veaux” ? De Gaulle, encore…
7. On l'aura deviné : c'est Lutte Ouvrière qui n'a pas de programme électoral.
8. C'est Marine le Pen et son paternel de 85 ans qui veulent juger l'arbre à ses fruits. Mais quels fruits produit l'arbre du Front ? Des poires ? Des grenades ?
9. Le Front de Gauche, lui “s'oppose au grand… marché transatlantique”. La coupure du titre sur deux colonnes expliquait notre lecture dubitative.
10. Les adeptes des “mots” qui ne sont pas “vains” se trouvent dans les rangs de l'UDI. Il faudra donc trouver le “bon mot” parmi ceux-ci : droits de l'homme, liberté et solidarité. Vous n'avez “droit” qu'à une seule réponse. Les autres sont donc vains…
11. C'est M. Dupont Aignan qui focalise sur la réglementation des chasse d'eau.
12. La liste Régions et Peuples Solidaires vante la solidarité, mais avec un découpage de nouvelles régions non pas “à la hache”, mais plutôt… au microscope. À les lire, on aurait vite plusieurs centaines de régions en France. Y compris la mienne : mon immeuble. Et encore, ma cage d'escalier. Voilà “ma” région !

NB : ayant remarqué combien les internautes réagissent au premier degré, cette nota bene de fin de billet rappelle qu'il est placé sous le signe de l'humour. Et donc à ne pas “prendre au mot” !

Dimanche 25 mai : en vraie grandeur, 10h30

En allant voter, surprise : seuls les bulletins de 17 listes sont disposés sur la table (contre 23 en lice). Le président du bureau précise que certaines listes n'ont pas été en mesure de financer l'impression de leurs bulletins. D'après lui, ce serait la première fois que cette dépense serait à leur charge. À vérifier ! Quoi qu'il en soit, la situation était ridicule : pourquoi autoriser tant de listes à se présenter si elles ne peuvent, de fait, recueillir de suffrages ? Anomalie…
Découverte de listes inédites par rapport à celles ci-dessus, comme une liste féministe, une liste fédéraliste et une liste d'espérantistes (praticiens de la langue “espéranto”).
Quant à la participation, à 10 heures, soit deux heures après l'ouverture, seuls 60 électeurs sur 992 inscrits s'étaient déplacés.

Eh ben non : je ne vous dirai pas pour qui j'ai voté ! Non mais des fois : le scrutin est secret, jusqu'à nouvel ordre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire