samedi 26 octobre 2013

Un machin populiste

Sur les réseaux sociaux, ce "machin" circule :


Que l'on soit mécontent des députés, des sénateurs, des ministres – du Président de la République, c'est compréhensible. Que l'on éprouve un “ras-le-bol fiscal” selon l'expression désormais consacrée, ça l'est tout autant.
Ce n'est pas une raison pour adhérer à ce genre de message aux relents populistes. Faire suivre ledit machin n'a rien de “citoyen”. Mieux vaudrait écrire : “soyez poujadistes, faites suivre…”

L'expression “LA solution” est non seulement prétentieuse, mais de surcroît ridicule. Que pèsent 11 malheureux millions comparés aux près de 100 milliards de nos déficits publics ? 0,01 % Pas vraiment “la solution”… Certes, c'est ironique. Dans ce cas, il aurait fallu mettre “la” entre guillemets pour souligner le second degré.

Étrangement, on n'a pas vu circuler de tels libelles à propos des salaires des footballeurs. Nul doute que les citoyens autoproclamés ci-dessus seront solidaires de la grève des matchs annoncée. Il y a fort à parier qu'ils trouvent les professionnels du ballon rond plus utiles que les parlementaires et ministres. À chacun ses goûts ! Pourtant, de combien faudrait-il “baisser les salaires” de ces joueurs pour récupérer 11 millions d'euros ? À vos calculettes !

P.S. : même si on n'aime pas les ministres, ce n'est pas une raison pour oublier la majuscule à État. Eh oui, cela distingue le terme du nom commun. D'ailleurs, il n'y a pas un seul secrétaire d'État au gouvernement… Quant au mot “légèrement", rappelons qu'il porte un accent grave sur le deuxième “e”. Précisons pour terminer que les sénateurs sont au nombre de 348 (et non 343), et que le gouvernement comprend 38 membres, Premier ministre compris, ce qui porte “la solution” à (577+348+38) x 1000 x 12 = 11 556 000 euros. Quand on veut être “citoyen”, mieux vaut savoir compter, savoir écrire sans fautes, et, surtout, réfléchir deux secondes avant de diffuser des stupidités – oui, je le concède, je suis en colère !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire