jeudi 10 octobre 2013

Le rêve des 2000 milliards

Dans un récent numéro, Le Monde annonce que l'évasion fiscale coûterait 2000 milliards d'euros à l'Union Européenne, selon une mission parlementaire française, soit deux fois plus qu'une précédente évaluation, réalisée par le Parlement européen.

Ça fait rêver !

En allant à la pêche aux chiffres sur le web, notamment sur le site des Échos, j'ai tenté de récupérer quelques ordres de grandeur :

Le PIB de l'UE représenterait environ 16700 milliards de dollars, soit 12400 milliards d'euros. Le déficit global des finances publiques est annoncé à 4% pour 2012, soit à peu près 500 milliards.
Si je ne m'abuse, réduire l'évasion fiscale ne serait-ce que d'un quart permettrait donc de remettre à l'équilibre en moyenne les budgets des pays de l'UE.

Ne rêvons pas trop. D'abord, ce serait très difficile à faire. De surcroît, on pourrait raisonnablement souhaiter que la réduction de l'évasion profite à ceux qui payent honnêtement leurs impôts – directs ou indirects – en leur offrant en contrepartie une baisse de la pression fiscale.

L'idéal serait donc de réduire cette évasion, si elle est avérée, de moitié, puis de partager en deux la somme – 1000 milliards d'euros – entre la réduction des dépenses et celle des déficits… La pression fiscale s'en trouverait diminuée de 4 points, ce qui n'est pas rien sur un taux proche de 50% du PIB.

Au niveau français, une fourchette de 60 à 80 milliards est avancée par le rapport de la mission parlementaire. C'est un peu moins favorable que sur le total européen, puisque notre déficit est d'environ 90 milliards, à rapporter à d'un PIB voisin de 2000 milliards. Mais bon ! Récupérer quelques dizaines de milliards ne pourrait pas nous faire de mal !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire