lundi 16 septembre 2013

La prochaine usine à gaz (-oil)

Difficile, cette cohabitation entre socialistes et écologistes au gouvernement… Il ne se passe pas un mois sans que les seconds de menacent de quitter les premiers.

Dernier point d'achoppement : la fiscalité des carburants. En plein “ras-le-bol fiscal”, nos amis écologistes prônent une augmentation de la taxe sur le gas-oil, pour la porter (progressivement) au niveau de celle de l'essence sans plomb.

Nous permettra-t-on un peu de fantaisie, à ne surtout pas prendre au premier degré ? Allons-y…
Même s'il nous semblait que le caractère cancérigène des particules de diésel était connu depuis longtemps, ce constat est présenté comme inédit et nouveau. Admettons. Il n'est jamais trop tard pour bien faire…

L'idée de l'augmentation laisse donc supposer qu'il s'agit de décourager les amateurs de moteurs diésels, afin qu'ils préfèrent des engins à carburation classique, jugés plus “propres” (?). Dans ce cas, idée iconoclaste : pourquoi ne pas baisser le niveau de la taxe sur le sans plomb afin de l'aligner sur celle du gas-oil ?

Allons, allons ! Pas de panique ! Ne sautez pas sur vos claviers, je plaisante.

Un seul vœu, en conclusion : que l'on ne nous concocte pas une nouvelle “usine à gaz” (-oil), avec prélèvements, remboursements, dégrèvements, tranches, seuils, pourcentages, racines carrées, décomptes d'apothicaires et autres formules alambiquées, pour, au final, n'aboutir à… rien d'autre que des flux contradictoires mécontentant tout le monde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire