vendredi 23 août 2013

Hémiplégie fiscale

En cette rentrée politique, la question des impôts revient sur le devant de la scène. Tout le monde s'y met. Pierre Moscovici se préoccupe du “ras-le-bol” fiscal des Français, Ségolène Royal parle de “moratoire”, tandis que Jean-François Copé assure que, s'il était au pouvoir, il baisserait drastiquement la pression fiscale. Seuls les écologistes sont à contre-temps en proposant des taxes vertes…

Ces discours sont hémiplégiques ! Toutes ces personnalités savent que l'on ne peut échapper à une limitation des déficits. Dès l'école primaire, on apprend à faire la différence entre recettes et dépenses. Or, toutes se gardent bien d'expliquer comment elles baisseraient la pression fiscale. Car il n'y a pas trente-six solutions : il faudrait bien supprimer des dépenses. Lesquelles ? Mystère et boule de gomme !

À ajouter au programme des “universités d'été” des partis, puisqu'ils y sont tous : petites révisions de “qu'est-ce qu'un budget ?”. Au fait, existe-t-il une “Politique fiscale pour les nuls” ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire