mercredi 28 novembre 2012

Un objet costaud

L'art du spam déploie une inventivité qui laisse pantois.
Comment, par exemple, s'assurer que le message apparaisse immédiatement et attire l'attention du “recipient” (anglicisme, vous l'aurez noté) ? Rien de plus simple : insérer l'intégralité du texte dans… l'objet du courriel ! Exemple.


Le classique parmi les classiques, l'inusable proposition de remise d'une somme coquette (ici, la bagatelle de 5 millions de dollars), doit faire toujours recette auprès de personnes naïves.
L'art du spam consiste aussi à soigneusement doser les petites erreurs et effets de style décalés. Comme de s'adresser à un “bien aimé”, d'avouer franchement que l'on a utilisé un “robot électronique” pour trouver l'adresse mail du destinataire, et ce sur un ordinateur PC de type W.7AR (Windows 7 Aller-Retour ?). Petite note très “polar”, la “malette de couleur noire”, ça c'est du concret, coco ! La somme était destinée bien sûr à aider les enfants, ainsi que les femmes enceinte (sans S à enceinte). Il ne reste plus qu'à répondre au mail pour, vous vous en doutez, que l'on vous demande quelques dizaines ou centaines d'euros en frais de dossier et de transfert. Libre à vous de tenter votre chance !

Une rapide recherche sur le taux de retour des spams semble indiquer un ordre de grandeur de 1 sur plus de 10 millions. C'est assez faible… Cependant, nombre de robots, à l'image de celui évoqué dans ce mail, sont capables d'en envoyer des quantités spectaculaires. Avec une réponse par jour, l'escroquerie peut se révéler rentable pour les auteurs…

Mais la véritable conclusion de ce billet est la suivante : bon sang, mais c'est bien sûr, je vais désormais rédiger mes messages carrément dans l'objet du courriel, c'est tellement plus élégant ! Ainsi, les destinataires pressés en verront immédiatement le contenu. Super !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire