vendredi 24 août 2012

Rien de bien réjouissant ?

Peu après 7 heures, ce matin, la présentatrice de France Info introduit la météo : “Rien de bien réjouissant, ce matin !” Le météorologue le confirme sur un ton contrit : des orages et de la pluie. “Il faudra attendre lundi pour que ça s'améliore” conclut la journaliste. Il y a quelques jours seulement, les mêmes protagonistes se lamentaient parce qu'il faisait trop chaud, les “alertes canicules” étaient réitérées sans relâche. Alors, à quelles conditions la météo pourrait-elle être “réjouissante” ?

Ces petits travers entrent en écho avec des extraits d'un livre de Jean-Claude Guillebaud intitulé Une autre vie est possible, publiés dans Le Nouvel Obs. L'auteur nous fournit une analyse pertinente :
Par définition, le flux médiatique est un discours attristé, voire alarmé. Il s'habille en noir. […] À n'insister que sur les ombres, on pèche – et on ment – par omission. […] L'optimisme n'est plus “tendance” depuis longtemps. On lui préfère le catastrophisme déclamatoire.
Pourtant, comme Guillebaud le dit joliment un peu plus loin :
L'espérance a beaucoup à voir avec le petit matin. […] L'idée d'un commencement, d'une remise en route, d'une infatigable renaissance.
Difficile de ressentir l'espérance du petit matin quand, dès ses premiers bulletins, le principal média spécialisé dans l'information qualifie tout négativement, jusqu'au retour (espéré !) de la pluie et la fin des grosses chaleurs, qualifiés de “pas réjouissant” !

Il ne s'agit pas évidemment de tout repeindre en rose, de se voiler la face sur la réalité des choses. Citons une dernière fois Jean-Claude Guillebaud pour préciser notre propos:
Or la réalité n'est jamais aussi sombre. Elle est faite d'ombres et de lumières.
Petit message à l'intention de la rédaction de France Info : accordez l'égalité du temps de parole à l'ombre et à la lumière !
Merci d'avance, chers journalistes radiophoniques.

NB : j'ai envoyé à France Info un lien vers ce billet, espérant qu'ils y trouvent matière à réflexion.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire