mardi 24 juillet 2012

Décentralisation n'est pas raison

Les gouvernements des deux bords appellent régulièrement de leurs vœux un “nouvel acte de décentralisation”, comme si décentraliser était une panacée. Si la France hyper-centralisée d'avant 1981 péchait par ses décisions éloignées des réalités locales, décentralisation ne rime pas toujours avec raison, loin s'en faut !

Les difficultés actuelles de l'Espagne le montrent. Les régions espagnoles jouissent de pouvoirs largement décentralisés, dont elles ont souvent usé avec déraison : aéroport inutile par-ci, monuments culturels pharaoniques (et vides) par-là… et déficits non financés un peu partout. La région de Valence est au bord de la faillite, celle de Murcie affiche un déficit de 4,4% de son PIB et ne peut honorer ses échéances, et en Catalogne c'est encore pire…
Et qui appelle-t-on à la rescousse ? Le “pouvoir central”, inévitablement !

En France, les régions ont encore des obligations d'équilibre, et bénéficient de dotations “égalitaristes” de la part de l'État. Réfléchissons donc avant d'engager de “nouveaux actes” de décentralisation.

1 commentaire:

  1. Note aussi que le pouvoir central a une capacité d'absorption et de résistance que n'ont pas les régions, même les plus vertueuses. On met plus facilement le couteau sous la gorge des territoires qui ne font peur à personne...
    s.

    RépondreSupprimer