mercredi 30 mai 2012

Contre-performance

Les entreprises n'ont que ce mot à la bouche : Performance.

On les comprend, car les difficultés économiques les incitent à pousser à son paroxysme la productivité pour parvenir envers et contre tout à augmenter leur chiffre d'affaires.

Attention, cependant ! Une “performance” est un acte fort, le mot a d'ailleurs aussi le sens de “prouesse”. Deux proverbes à méditer : “À l'impossible nul n'est tenu” et “La perfection n'est pas de ce monde”.

Petite anecdote illustrative
Nous devions faire modifier la plaque signalétique de plastique apposée sur notre interphone, pour y rajouter une information. La commande, par écrit, comportait toutes les informations, mentions à inscrire, étage, adresse, etc.
L'entreprise a voulu jouer la performance, réalisant rapidement la gravure de la plaque, et venant la poser avec une célérité indéniable.

Malheureusement, nous avons déploré deux graves défauts :
1. L'un des noms était entaché d'une faute d'orthographe rédhibitoire,
2. La plaque a été posée à un emplacement ne correspondant pas à celui de l'ancienne.

Pour qu'une performance soit rentable, encore faut-il qu'une seule et unique contre-performance ne réduise pas à néant l'ensemble des bénéfices des (nombreuses) performances précédentes.

Micro-gains… et maxi-pertes
Dans ce cas précis, la personne chargée de graver la plaque a peut-être gagné une (petite) minute en lisant trop vite la commande et en validant la gravure. Quant à celle chargée de la livrer et de la mettre en place, elle a encore gagné une (petite) minute en avisant le premier emplacement disponible et en apposant à toute allure la plaque. Il est probable, d'ailleurs, que ces erreurs soient dues à une qualification insuffisante desdites personnes…
Ces “deux fois quelques minutes” ont été plus que compensées par les conséquences de l'erreur : nouvelle gravure et nouvelle livraison ! Sans compter le temps perdu par le client, qui doit supporter un délai double de réalisation de sa commande.

Même dans l'hypothèse où cet aléa est rarissime, il est absurde de considérer qu'il ne se produira jamais. Et le temps perdu, estimons-le à une heure trente, équivaut en prix de revient à une centaine au moins de performances réussies… Un pari que l'entreprise est quasi-certaine de perdre, sauf à recruter des personnes exceptionnelles. Mais alors, les salaires ne seront plus dans ses moyens !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire