mercredi 18 avril 2012

Suspenses…

Le suspense est complet quant au premier tour de la présidentielle. On devrait écrire plutôt “les suspenses”, car il y en a au moins deux :

1. Combien de candidats atteindront ou dépasseront le seuil des 10% ?
Depuis 1965, jamais plus de 4 candidats n'ont réussi à franchir cette barre symbolique.
(Par souci de clarté, les noms seuls sont indiqués et les pourcentages arrondis à l'unité, sauf en 2002…)

• 1965, 3 candidats : De Gaulle (45%), Mitterrand (32%), Lecanuet (16%)
• 1969, 3 candidats : Pompidou (44%), Poher (23%), Duclos (21%)
• 1974, 3 candidats : Mitterrand (43%), Giscard (33%), Chaban-Delmas (15%)
• 1981, 4 candidats : Giscard (28%), Mitterrand (26%), Chirac (18%), Marchais (15%)
• 1988, 4 candidats : Mitterrand (34%), Chirac (20%), Barre (17%), Le Pen (14%)
• 1995, 4 candidats : Jospin (23%), Chirac (21%), Balladur (19%), Le Pen (15%)
• 2002, 3 candidats : Chirac (20%), Le Pen (16,8%), Jospin (16,2%)
• 2007, 4 candidats : Sarkozy (31%), Royal (26%), Bayrou (19%), Le Pen (10%)

• 2012, 5 candidats pourraient dépasser ce niveau : Sarkozy et Hollande (autour de 27% chacun), Marine Le Pen et Mélenchon (crédités d'environ 15%), et Bayrou (s'il ne repasse pas en-dessous des 10%, son étiage maximum dans les récents sondages, dont la marge d'erreur dépasse un point).

2. Ordre d'arrivée final des principaux candidats
Mises à part les élections de 1995 et 2002, les deux postulants pressentis pour le second tour n'ont jamais été aussi proches dans les sondages d'intentions de vote : tant Nicolas Sarkozy que François Hollande font le yoyo entre 27 et 29% des intentions depuis deux mois. Certains instituts les donnent à égalité (en pourcentage, pas en nombre de voix !)
La troisième place est âprement disputée par Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, là encore avec un écart inférieur à la marge d'erreur des sondages.

La soirée électorale de dimanche soir devrait donc être haletante (du moins pour ceux qui s'intéressent à cette élection !)

2 commentaires:

  1. Tu en veux de la surprise ? Eh bien je prépare un message politique de derrière les fagots sur l'envers de mon verbe ;-))
    Oui oui, parfaitement, un message politique spécial premier tout à ne pas manquer !
    Je te ferai signe,
    s.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que c'est surtout après les élections et les premières mesures prises, quel que soit l'élu, que nous allons haleter!

    RépondreSupprimer