mardi 24 avril 2012

Une simulation de second tour

Plutôt qu'une énième analyse du premier tour, nous vous proposons en exclusivité une simulation de second tour.
Elle repose sur les hypothèses suivantes :

1. Résultat du premier tour disponibles


2. Hypothèses de reports de voix


3. Nouveaux électeurs
Il faut inclure un calcul sur les abstentionnistes du premier tour qui se mobiliseront au second.


4. Résultats de la simulation


Flûte et zut, ils sont à égalité !
Ah, c'était bien la peine de se décarcasser avec un tableau Excel…
Tant pis ! On verra le 6 mai au soir.

Rappelons en conclusion cet alinéa de l'article 7 de la Constitution française :
En cas de décès ou d’empêchement de l’un des deux candidats les plus favorisés au premier tour avant les retraits éventuels, le Conseil constitutionnel déclare qu’il doit être procédé de nouveau à l’ensemble des opérations électorales ; il en est de même en cas de décès ou d’empêchement de l’un des deux candidats restés en présence en vue du second tour.
Notre conseil : que les deux candidats ménagent leur santé et leurs efforts !

______________________________
28/04/2012 : Petite note complémentaire à propos de la notion de “retrait”.
Voici ce que dit la Constitution, au début de l'article :
Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n'est pas obtenue au premier tour de scrutin, il est procédé, le quatorzième jour suivant, à un second tour. Seuls peuvent s'y présenter les deux candidats qui, le cas échéant après retrait de candidats plus favorisés, se trouvent avoir recueilli le plus grand nombre de suffrages au premier tour.
Une constitution a pour but de tout prévoir, même le plus improbable.
Ce cas improbable serait, pour prendre un exemple d'actualité, que si Nicolas Sarkozy, au lendemain du premier tour, déçu par son score, avait décidé de se retirer, alors le second tour aurait eu lieu entre François Hollande et Marine Le Pen (n'y voyez rien de polémique ! Juste pour être précis et pédagogique). Comme cette précision sur le retrait date de 1962, on pourrait l'interpréter ainsi : De Gaulle, qui souhaitait être élu dès le premier tour, aurait pu, en 1965, déclarer qu'il renonçait au second tour et se retirer en boudant. Le second tour aurait alors opposé Mitterrand et Lecanuet (si c'est pas de l'uchronie, ça…)

3 commentaires:

  1. J'allais me moquer gentiment en lisant le début... et je constate que tu m'as bien eu avec tes comptes d'apothicaire pas du tout innocent ;-)
    C'est bien vu, en tout cas. Des grincheux diront "simplistes", mais seul un virtuose de la stat' pouvait proposer un tel post !
    s.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je voulais me moquer (gentiment aussi !) des illusions d'exactitude que nous donnent les formules de calculs sophistiquées. Un peu comme les entreprises qui, pour leur budget, comptent les crayons et les gommes avec un kilométrage d'écriture et un taux d'usure moyen :-)) C'est précis… mais on perd de vue l'essentiel (et on se trompe).
      JL

      Supprimer
  2. Très bon, ce 50/50 !
    Ah non, pas de décès, tout de même, ça ferait désordre...

    RépondreSupprimer