mercredi 25 avril 2012

Hoax-busters

Véronique Campion-Vincent est chercheur au CNRS. Elle a travaillé sur les “rumeurs et légendes urbaines”. De quoi s'agit-il ? Eh bien, c'est simple : toutes ces explications fantaisistes censées contrecarrer tout discours “officiel” considéré par construction comme faux. Ce qu'on appelle les adeptes des théories du complot.

Sur ces questions, le site hoaxbusters – que nous ne saurions trop vous recommander – joue un rôle éducatif salutaire, en démontant les mécanismes de ces rumeurs toxiques.

Quelques citations d'une interview de Mme Campion-Vincent reproduite sur ce site circonscrivent bien le syndrome :
Ces théories mobilisent d'authentiques croyants, qui adhèrent avec ferveur à la valeur des savoirs stigmatisés - les idées rejetées sont sûrement les vraies et à l'inverse les idées acceptées sûrement les fausses.
Une inversion radicale, qui, à sa façon, rassure… “Je” suis exceptionnel car “je” connais la “vérité”, sans se soucier de son absurdité : on est “initié”, donc c'est parfait !
Ceux que la vie a déçu écouteront davantage les sirènes du conspirationnisme qui les dédouanent de toute responsabilité dans leurs échecs.
C'est, entre autres choses, un signe de paranoïa aigüe.
Adhérer aux théories du complot c'est nier le hasard et penser que tout dans le monde peut être prédéterminé, voulu. De telles thèses conviennent à ceux qui se situent aux extrêmes, de droite ou de gauche, et proposent des clés simples et universelles de la complexité de notre monde.
L'angoisse face à l'inexpliqué incite à fantasmer des… explications, aussi alambiquées soient-elles. Plus elles sont fantaisistes, d'ailleurs, et plus elles sont considérées comme exactes ! D'autres sources attribuent cette réaction pathologique à la décrue de la foi religieuse : si Dieu n'existe pas, alors qui “gouverne le monde” ? Cette angoisse incite à fabuler les plus fantasmatiques interprétations (Kennedy assassiné par des extraterrestres pour ne citer que cet exemple).

Dès lors, ne soyez pas étonnés si certains amis vous bombardent de mails évoquant toutes sortes d'horreurs, de pièges et d'arnaques. Ils procèdent du même système. Numéros de téléphone piégés, aiguilles infectées dans les cinémas, Martine Aubry portant le voile islamique (sic !), personnalités flashées au volant d'un véhicule de luxe financé par une organisation de charité, tsunamis déclenchés par des expériences militaires, etc, etc. Et le plus drôle est que, lorsque l'on objecte que ces hypothèses sont pour le moins étranges, on nous répond : “Démontre-moi le contraire !”

C'est Michel Onfray – dont je ne suis pas un fan par ailleurs – qui avait eu la formule juste. Il imaginait cette scène, où il lançait : “Dans le taxi que j'ai pris pour venir vous voir, Jésus était assis à côté de moi.” Réponse : “Tu ne manques pas d'air !” Réplique sur le mode conspirationniste : “Démontrez-moi que Jésus n'était pas assis à côté de moi dans ce taxi !”

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire