jeudi 29 mars 2012

Train et écriture

Durant les voyages en train, j'ai remarqué combien les idées viennent à Grande Vitesse. Est-ce de se déplacer qui accélère le fonctionnement des cellules grises ? Pour ma part, je ne compte plus le nombre de trajets durant lesquels j'ai eu des intuitions m'aidant à résoudre tel ou tel problème professionnel. C'est de surcroît sur les tablettes des voitures Corail ou de TGV que j'ai rédigé nombre de textes, dont certains sont devenus des livres.

Le tout premier livre que j'aie eu la chance de publier, au Fleuve Noir, était un roman noir, une sorte de road-movie déjanté, dans lequel les personnages s'enfuyaient à Paris en TGV. Eh oui ! Intitulé Corinne n'aimait pas Noël, il date d'il y a déjà longtemps (1996).

Sur la quatrième de couverture, l'éditeur avait rédigé ainsi l'habituelle notice biographique :
« Jean-Luc Tafforeau est né en 1957. Passionné de randonnée en haute montagne, c'est tout naturellement qu'il écrit dans les trains et gagne sa vie comme consultant en informatique. »
Au-delà du côté convenu de ces notices, l'éditeur avait raison : ce livre a été écrit en quasi-totalité dans le train, entre la Haute-Savoie ou l'Isère et Paris, à la faveur de trajets relativement longs (4 à 6 heures).

C'est pour cette raison, probablement, que j'ai choisi comme thème du premier volume de la collection Une Journée Particulière des éditions AO, “ma” maison d'édition, les voyages en train. Il est en vente sur le site, à cette adresse.
Il voyage en solitaire relate deux journées durant lesquelles je m'étais rendu à Paris pour le travail, mais en axant les récits sur les “à-côtés” du voyage : observations, réflexions, idées… sans pour autant oublier de relater fidèlement, avec humour (j'espère) et authenticité (j'en suis sûr), les différentes étapes de ces “voyages solitaires”.
Le titre fait référence à Gérard Manset, dont l'une des plus célèbres chansons est ainsi dénommée.
La photo de couverture a été prise avec un iPhone dans le TGV qui me ramenait à Lyon au terme du second voyage. Un coup de chance : le “bougé” involontaire lui donna tout son cachet, sans que ce fût prémédité !
Depuis, une dizaine d'autres volumes sont venus s'ajouter à la collection Une Journée Particulière. Autant d'auteurs et de contextes différents, qui donnent à la série tout son sel… Et d'ailleurs, c'est le plus souvent en train que ces auteurs se rendent aux séances de dédicaces que nous organisons régulièrement.

Chercher l'erreur… ou le “solitaire”.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire