samedi 31 mars 2012

Ne ratez pas le TGV de 20h57 !

Il y a quelques jours, j'avais publié un billet sur le train et l'écriture, évoquant les longs trajets qui m'avaient permis d'écrire…
Seulement, attention : abuser nuit ! (au double sens du terme, confer Raymond Devos).
Si vous ratez le TGV Paris-Lyon de 20h57, par exemple mercredi prochain, réfléchissez bien.
Voici ce que proposent les ordinateurs de voyages-sncf.com, avec la naïveté dont font souvent preuve les algorithmes des programmes informatiques, à l'humour forcément involontaire :


L'horaire proposé a tout d'un roman ! Il ne reste plus qu'à l'écrire…
21h23 à la gare de Paris-Austerlitz, soit seulement 26 minutes après le TGV précité. Attention, il ne vous reste que peu de temps pour franchir le pont Charles-de-Gaulle, entre la gare de Lyon et celle d'Austerlitz.
De là, un “Intercités de Nuit” mettra 7 heures et quelque pour vous emmener à Crest.
Crest se trouve au sud-est de Valence.
Une attente de 42 minutes – ça doit être agréable, à Crest, en pleine nuit – vous permettra de monter dans un autocar qui, en une demi-heure, vous remontera à Valence, ou vous arriverez à 5h50.
À Valence, c'est un TER qui va, à nouveau, remonter vers le nord pour vous conduire à Lyon, dans cette petite gare récemment créée : Lyon-Jean-Macé.
De quoi regretter amèrement la suppression du TGV Paris-Lyon de 22 heures, qui exista de nombreuses années et a été supprimé récemment…

Une combinaison de trajets que même un amateur de trains tel que le signataire de ces lignes aurait du mal à choisir !

“Point trop n'en faut”, comme disaient mes grands-parents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire