samedi 11 février 2012

Lutter contre les chômeurs ?

Le chômage de masse figure parmi les plus grandes angoisses dans notre pays. Une façon d'évacuer une angoisse trop forte est de la refouler, de se “rassurer à bon compte”. C'est ainsi que le réflexe classique, maintes fois entendu, consiste à proclamer : “les chômeurs sont en majorité des paresseux”. Le problème est réglé, ce n'est pas grave, juste une illusion !

C'est ce à quoi semble se préparer notre président (pour encore 3 mois), en évoquant un référendum sur ce thème. Ah, le référendum ! Quel arme démagogique !

Essayons d'exagérer pour illustrer notre propos : imaginez un instant que l'on organise des référendums pour, par exemple, rétablir la peine de mort, ou supprimer le permis automobile à points, ou… pour diviser par deux les rémunérations des hommes politiques ? Le “oui” aurait de grandes chances de l'emporter. Est-ce pour autant démocratique ? À l'inverse, qu'auraient donné des référendums sur la réforme des retraites, le traité de Lisbonne ou la hausse de la TVA ?

Il y a quelque chose de profondément indécent dans la saillie de notre président (pour encore 3 mois) : le chômage s'emballe. Que faire ? Eh bien, lutter non contre le chômage, mais contre les chômeurs.
Ce serait un miracle, d'ailleurs, s'il suffisait de menacer ceux qui cherchent un emploi de leur enlever leurs indemnités pour qu'ils en trouvent sur-le-champ. Y aurait-il un gisement de 3 millions d'offres d'emplois non satisfaites ? Tout au plus, je vous le concède, parviendrait-on à forcer quelques dizaines de milliers de chômeurs à exercer un métier dont ils ne veulent pas. Quelle réussite ! Quel beau projet !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire