mercredi 10 août 2011

Le Monde perd la boule

Les abonnés au quotidien Le Monde peuvent recevoir par courriel des “alertes” rédigées par le site web www.lemonde.fr. Depuis deux ans, je n'ai qu'à me louer d'avoir choisi ce procédé pour au moins deux raisons :
  1. Les alertes sont envoyées avec parcimonie, uniquement lorsqu'une information capitale est détectée par la rédaction (fréquence moyenne : 3 à 4 par semaine).
  2. Elles sont concises, précises et l'on en tire immédiatement un éclairage utile sur les événements qui se sont produits.
Or, que se passe-t-il ces derniers jours ? Probablement saisis par la fièvre du krach boursier, voici que les responsables de ces “alertes” ne cessent de nous bombarder de messages contradictoires sur telle ou telle chute, rebond, plongeon ou nervosité des Bourses. Nervosité, c'est là où le bât blesse ! Ce qu'on attend de journalistes professionnels, c'est justement de ne pas céder à la nervosité. Jugez-en :


Neuf “alertes” en 48 heures (les heures indiquées correspondent aux moments où j'ai relevé mes messages). La confusion règne. Tout est contradictoire et ne dégage aucune tendance, aucune indication utile – si ce n'est, encore une fois, la nervosité. Tout le contraire de ce qu'on attend d'un organe d'information serein capable de faire le tri et de ne pas céder à la panique. À quoi cela sert-il de multiplier ce genre de messages ? À rien : leur abondance les banalise, tandis que leur teneur n'informe pas, elle désoriente…
Nul doute que Le Monde (ou le monde, d'ailleurs) a cédé au vertige de chroniquer en direct l'écroulement d'un système financier devenu fou… Pas de chance : ce n'était apparamment pas pour tout de suite.

À bientôt pour de nouvelles “alertes” !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire