lundi 18 juillet 2011

Colère

François Fillon a déclaré :
"On me dit qu'il y a une polémique en France sur les propos que j'ai tenus en réponse à Mme Joly qui proposait de supprimer le défilé militaire du 14 juillet. Je vais vous dire : je m'en félicite parce que je suis en colère."
Donc, notre Premier ministre est en colère.

C'est très à la mode d'être en colère… mais il y a un vieux proverbe qui dit que “la colère est mauvaise conseillère”. En outre, il me semble – arrêtez-moi si je me fourvoie – qu'un Premier ministre se doive de maîtriser ses émotions, surtout la colère. Imaginez ce que cela pourrait donner dans des instances internationales ou lors de difficiles négociations diplomatiques ! Qu'il passe ses nerfs sur un punching ball avant de faire des déclarations intempestives. Ce manque de tempérance est bien peu flatteur pour la fonction qu'il exerce.

Et notre président de la République ? Quel calme ! Quel silence ! Il est aux abonnés absents ? Est-ce cela, se “représidentialiser”, ne plus rien dire du tout ? Vraiment, on passe d'un extrême à l'autre… Le roi fainéant à Brégançon, ça ne vous rappelle rien ?

Le “calme Fillon” en colère et le “turbulent Sarkozy” qui ne pipe plus mot, voilà qui sent très fort les conseils de boîtes de com' !

samedi 16 juillet 2011

Une histoire de Dôme

Ce panorama, j'ai la chance de le contempler régulièrement depuis des décennies :


Ambiance “neige fraîche” le 13 juillet 2011.

Concentrons-nous sur le motif central, Goûter et mont Blanc, en fin de journée le 15 juillet 2011 :


Comme semble l'indiquer cet ancien croquis, dessiné par mon père dans les années soixante-dix :


…le Dôme du Goûter se situe à gauche de l'aiguille homonyme, repérable à une côte rocheuse sous son sommet.
Or… il n'en est rien ! Il aura fallu près de cinquante années avant que je ne me rende compte que…


1. Le Dôme du Goûter est la bosse plus à droite (4304 m), que la perspective fait paraître moins haut que l'autre sommet
2. Ce sommet marqué par une petite côte rocheuse est la pointe Bayeux (4258 m)
3. La trace des ascensionnistes du mont Blanc passe bien entre les deux sommets
4. Le refuge de l'aiguille du Goûter, d'où ils sont partis
5. Le mont Blanc, caché derrière la bosse de la pointe Bayeux
6. Ce qui devrait être la pointe Bravais (4057 m)
7. Le Mur de la Côte, sur l'itinéraire des “trois monts”
8. Le refuge de Tête Rousse
9. Le piton des Italiens

Fantastique découverte !
(Bon, je sais, il faut être initié pour comprendre le sens de cette remarque).

PS : je ne sais toujours pas si, oui ou non, je suis passé au sommet du Dôme…

Les clowns du cirque

Le cirque de la Présidentielle a commencé son spectacle, approchez messieurs-dames, approchez !

À ma gauche, le clown Auguste et son nez rouge – pardon, la clowne Eva et ses lunettes rouges ;
À ma droite, le clown Blanc – pardon, le clown gris Fillon et ses cernes encore plus gris.
 
La première propose de remplacer le défilé militaire du 14-Juillet par un défilé “citoyen” rassemblant, entre autres, des écoliers et des personnes âgées. On imagine l'ambiance, surtout pour les grabataires ! Peut-être que s'y joindraient aussi les boulangers avec leurs baguettes, les paysans avec leurs fourches et les dépanneurs Darty en camionnettes (quoique, les camionnettes, avec la pollution…)

Le second, sinistre sire, accuse la première de n'être pas entièrement française. Ce serait drôle si ce n'était pitoyable. Le fond du fond du panier graveleux (si tant est qu'un panier graveleux existât).

Et si on revenait aux fondamentaux : le 14-Juillet n'a jamais été la “fête de l'armée”, donc, c'est vrai, il n'y a pas de raison de ne fêter que cette institution. Pour mettre tout le monde d'accord, peut-être faudrait-il s'interroger sur l'origine historique de ce 14 juillet-là. Mais j'ai cru lire quelque part que M. Fillon avait eu son bac de justesse…

Tout ça pour se faire du buzz…

NB en PS : quant à Yves Cochet, dans une tribune publiée par Le Monde, il nous tance vertement avec son “Dernières vacances avant la récession” dans laquelle il propose le rationnement des “biens de base”. Rien que ça.

Le cirque est en marche, bonnes vacances à tous (avant récession).

mardi 5 juillet 2011

Les 400 coups

Didier Pourquery, rédacteur en chef du Monde magazine, a rédigé près de soixante éditoriaux organisés tous de la même façon, en employant le mot "coup". Si cela me laissait froid au départ, je m'y suis accoutumé. Et j'ai pris conscience du nombre gigantesque d'expressions françaises utilisant ce mot.
Son dernier "coup" est, de son propre aveu, un coup d'arrêt. Le cent soixante-dix-huitième !

Il aurait pu atteindre les 400 coups, à ce rythme-là !

Consultez la page du Trésor Informatisé de la Langue Française sur ce mot, ça vaut le coup (!!)