dimanche 15 mai 2011

Paradoxes au paroxysme

La communication publicitaire – mais aussi politique – aime manier le paradoxe, jusqu'au paroxysme parfois. Au point de tomber dans le mensonge le plus éhonté. De telles attitudes ne font que renforcer le malaise de ceux qui reçoivent de tels messages. Jouer avec les mots n'est pas innocent.

L'exemple ci-contre est anodin tout en étant exemplaire. Que proclame la FNAC à propos des “espaces vendeur pro” qu'elle propose d'ouvrir sur son site ?
En deuxième ligne, l'affirmation “pas de frais fixes”.

Petit rappel, des frais fixes sont, par définition, des frais qui sont facturés forfaitairement quelle que soit l'activité, par opposition aux frais dits variables, qui, eux, sont proportionnels à des quantités – des ventes dans l'exemple qui nous intéresse.

Or, que lit-on en bas de la bannière publicitaire ?
Que 39,90 € HT sont facturés tous les mois.
Si ce ne sont pas des frais fixes, alors de quoi s'agit-il ? De frais variables forfaitaires indépendants des ventes ?

De quoi en rester pantois…

Cette bannière était visible à l'adresse http://mp.fnac.com/vendre/pro? au moment de la rédaction de ce billet. Gageons qu'une rectification interviendra. Du moins l'espère-t-on !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire