lundi 21 mars 2011

Un cocktail… étonnant

Face à tous les drames qui s'accumulent depuis une dizaine de jours, le blogueur reste sans voix. Que dire, en effet, quand on est muet de stupeur ? Surtout, que dire de sensé-?
Aussi, je botte en touche avec cette coupure de presse, extraite de la Une du quotidien Le Monde daté du 18 mars. Les éditions Robert Laffont (et / ou Libération et son chroniqueur) sont tombées dans le piège orthographique qui m'avait moi-même menacé lors de récentes relectures de textes.
Pour un journal réputé pour son orthographe et sa typographie rigoureuse, cette coquille, qui plus est en Une, détonne (avec deux N). Elle n'est “pas dans le ton”. En revanche, un cocktail doit normalement être “détonant” (avec un seul N), c'est-à-dire susceptible de causer une détonation. Voilà qui dénote une certaine agitation face à tous les événements à la fois étonnants, détonants et détonnants qui ont fondu sur le monde (pas seulement le quotidien, donc sans majuscule) ces jours-ci…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire