samedi 11 décembre 2010

Les pronostics de Fillon

François Fillon a donc reproché à Météo-France de n'avoir “pas prévu cet épisode neigeux”. Il a raison de déplorer que “les prévisions n'étaient pas conformes à la réalité*”. Nous vivons en temps réel, donc pas à tortiller ! Et puis, c'est bien connu, quand il neige, c'est la faute aux météorologues. La prochaine fois que je perds au tiercé, j'attaque en justice les pronostiqueurs de la presse ! (Une excellente occasion de me mettre à jouer).
Et la prochaine fois que sa ministre de l'économie se trompe dans ses hypothèses de taux de croissance, notamment celle retenue pour le budget, on va voir ce qu'on va voir !
* Fantastique rétro-absurdité, prononcée a posteriori, et tautologie de compétition : par nature, les prévisions ne sont pas la réalité, cher Premier ministre.

Addendum
J'ai appris plus tard, dans le Monde, que le Premier ministre évoquait les prévisions de croissance, justement. Le 11 décembre, donc, ledit Fillon proclamait ceci : “En 2010, la croissance sera nettement supérieure à nos prévisions”. Eh bien voilà, encore des prévisions qui ne sont pas conformes à la réalité ! Christine Lagarde, la reine des formules alambiquées, indiquait de son côté : “J'ai bon espoir qu'on fera un gros 1,6%”. Un “gros” 1,6%, marrant, non ? Vous allez me trouver scatologique, mais ça me fait penser à “faire un gros caca” (1,699999 %)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire