mercredi 29 décembre 2010

Et nous serons les Maîtres du Temps !

Lucide analyse de Christophe Bouton, professeur de philo, dans un Libé récent. Voici la conclusion qu'il tire du désormais universellement nommé “épisode” neigeux :
Ce que signifie l'épisode neigeux, c'est que nous vivons dans le désir de nous rendre maîtres et possesseurs du temps. Dans les deux sens du terme.
Dans le vacarme météo-médiatique de ces dernières semaines pointe la surprise : non, nous ne vivons pas (encore) dans un temps sans surprises, il y a encore des saisons, contrairement à l'expression récurrente. Et nous n'acceptons pas qu'un “ralentissement” puisse se produire dans la circulation des biens et des personnes. Encore plus en période de fêtes. Le philosophe remarque que l'urgence et le flux tendu colonisent même les périodes de “temps libre” – désormais mal nommées. Nous ne sommes plus préparés à affronter l'imprévisible, et éclatent inquiétude et révoltes.

Alors, comme se profilent les vœux de nouvel an, formons un premier vœux : qu'il subsiste une part d'imprévisible dans l'avenir, et que nous apprenions à l'accepter, pour nous concentrer sur des problèmes plus essentiels, par exemple et pourquoi pas, sur ces êtres humains qui souffrent, socialement ou dans leurs corps ou dans leurs têtes.

La suite au prochain épisode (neigeux, bien sûr) !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire