samedi 27 novembre 2010

Marcher sur la tête

Imaginez quelqu'un qui :
  1. Marche sur la tête (c'est déjà pas facile)
  2. Se tire une balle dans le pied (encore plus délicat dans cette posture)
Eh bien il semble que ce soit exactement ce qui se déroule dans la zone euro ces temps-ci.

Libération donne quelques chiffres dans son numéro d'aujourd'hui. Rien de révolutionnaire, d'ailleurs, de simples statistiques officielles et banales. Mais elles sont lourdes de sens :
  • La dette souveraine irlandaise représente un peu plus de 100 milliards d'euros (NB : la dette française, elle, s'élève à 1600 milliards, soit seize fois plus)
  • Les créances sur l'Irlande sont détenues à 60% par des établissements financiers de la zone euro
  • Celles de la Grèce le sont à 66%, du Portugal à 62%
La conclusion est sans appel, nous citons :
Les “marchés” qui déstabilisent la zone euro sont donc, pour l'essentiel, ses propres banques, sauvées par l'endettement des États qu'elles leur reprochent désormais. Ce sont elles qui mettent en péril […] l'économie de ces pays, voire la survie de la monnaie unique.
Il n'y a rien à ajouter ! Qui avait dit, déjà, que le fonctionnement des marchés “libres” était rationnel ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire