mercredi 6 octobre 2010

Espérance de vie

On parle beaucoup de l'espérance de vie, depuis quelques mois – réforme des retraites oblige.

Je me souviens d'un cours de français, en classe de première
Le prof évoquait Bernard de Fontenelle, né en 1657 et mort… en 1757, à quelques mois de son centenaire. Il en profita pour glisser que l'on ne vit pas plus vieux de nos jours qu'au XVIIIe siècle. Tollé dans la classe ! Mais il avait raison. L'âge maximal qu'atteint un être humain n'a pas significativement augmenté. Ce qui a considérablement augmenté, en revanche, c'est l'espérance de vie à la naissance, autrement dit la durée moyenne de la vie de l'ensemble des personnes qui naissent.

Si l'espérance de vie n'avait augmenté qu'en raison de la baisse de la mortalité infantile, alors l'argument d'un départ en retraite plus tardif pour cause d'espérance de vie allongée n'aurait aucun sens. L'espérance de vie à 60 ans serait la même…

Ce n'est pas le cas dans notre société. Cependant, la notion d'espérance de vie doit être traitée avec subtilité. C'est ce que fait Philippe Askenazy dans Le Monde Économie du 5 octobre. Il cite une étude qui examine l'espérance de vie “sans limitation”, autrement dit sans handicap physique ou moral.

Il en tire deux enseignements au moins :
1. Quand on a 50 ans, cette espérance est inférieure à 20 ans. Cela veut dire que si l'on prend sa retraite à 70 ans, on entre en même temps dans la période des handicaps. Voilà qui change la perspective !
2. Par ailleurs, il observe que, depuis plusieurs années, cette même espérance de vie, pour les femmes, a cessé de croître. La raison en est “la dégradation des conditions de travail des femmes, due au transfert des normes productives industrielles dans les services”. En clair : les entreprises pressurent désormais autant les salariés des services que, naguère, de l'industrie. Encore une raison de s'interroger sur la viabilité d'une activité professionnelle se prolongeant au-delà des 60-65 ans !

Si l'on voulait exagérer, on pourrait dire que si l'allongement de l'espérance de vie porte essentiellement sur les années durant lesquelles on est devenu grabataire ou sénile, alors les chiffres ne sont que d'une pertinence discutable…
Il y a quand même un peu de ça, semble-t-il !

Ci-contre, dessin de Lasserpe, reproduit avec son autorisation
(8 octobre 2010).

1 commentaire:

  1. Bonjour, je suis non-francophone native, cherchant à comprendre l'article duMonde du Philippe Azkenazy, je suis tombée sur votre blog. Merci beaucoup, j'ai bien saisi la notion de "l'espérance de vie sans limitation" et ai su sa différence par rapport à l'espérance de vie à la naissance. C'est important de distinguer la différence des deux pour comprendre les facteurs essentiels qui interviennent dans la question de la retraite. Merci!

    RépondreSupprimer