mardi 6 juillet 2010

Rilance ou langueur ?

Quel talent ! Notre ministre de l'Économie, loin de se limiter aux chiffres, s'occupe aussi des mots, faisant preuve d'une créativité qui frise la poésie.

Voici donc la rilance, néologisme créé pour décrire la politique que la ministre se propose d'appliquer, subtil mélange de rigueur et de relance. Espérons que le mélange sera réussi, au risque d'aboutir à une autre contrepèterie, comme la langueur – le “lan” de relance et le “gueur” de rigueur.

Mais l'on ne se paye pas que de mots. François Baroin l'a bien compris, qui annonce, dans le cadre de cette rilance, que l'allocation pour adultes handicapés n'augmentera pas autant que prévu. Après les accidentés du travail, le gouvernement a décidément un don pour savoir à qui il faut s'attaquer en premier !

Enfin, dans l'affaire Bettencourt-Woerth, on attend qui va “relancer” dans la partie de cartes qui s'est engagée entre le pouvoir et le site Médiapart. La rigueur, dans cette histoire, ne semble pas avoir été la valeur prioritaire de ses protagonistes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire