dimanche 20 juin 2010

Un “Monde” sans pitié

Quel ton sévère ! Le Monde a publié en Une du 19 juin un éditorial titré “Chronique d'une déroute annoncée”, dont le ton m'a surpris par sa virulence. Deux extraits :
Il serait de mauvais goût de pousser le parallèle jusqu'à comparer “l'étrange défaite” de l'équipe de France de football en Afrique du Sud à celle d'un autre mois de juin, qui, il y a soixante-dix ans, avait conduit le pays à la catastrophe. Mais tout de même.
C'est de mauvais goût, sans aucun doute ! Si les excès médiatiques du foot ne laissent pas de m'irriter, jamais je n'aurais osé un tel rapprochement.
Comment ne pas voir dans cette équipe, à l'inverse de celle de 1998, un miroir de la société française d'aujourd'hui. Dominé par des ego tourmentés et des salaires de stars, coupé de la réalité du pays et de ses supporteurs, fractionné en de multiples clans – Noirs d'origine antillaise, Noirs d'origine africaine, Blancs, musulmans, expatriés de luxe ou restés en France, issus des cités de banlieue et revanchards ou venus de la modeste province et “triquards” –, ce football épouse les contours du pays.
Le constat, toujours aussi sévère, est cette fois plus troublant, quoique cinglant.
Voilà donc que Le Monde exagère… même s'il y a de ça, malheureusement. Qui l'eût cru ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire