samedi 19 juin 2010

Dix de der !

PriceMinister vient d'être racheté par un groupe d'e-commerce japonais. Bellotte, rebellotte et… dix de der !
On comprend mieux, dès lors, la manip des frais de gestion d'il y a quelques semaines. Il fallait donner des gages au repreneur.
Quelle tristesse ! Même si le message prétend que PriceMinister se donne ainsi “les moyens de son développement”, comment ne pas regretter amèrement qu'un fleuron du commerce électronique français soit ainsi vendu ? Que ce serait-il passé si, quatre ou cinq ans après sa fondation, Google avait été cédé à un autre pays ? Les États-Unis auraient perdu ce qui est devenu la plus grande et forte entreprise d'Internet.

Au moment où le foot français capitule en rase campagne, voilà une nouvelle et triste illustration de notre incapacité à développer nos propres entreprises. Et si le si fameux Grand Emprunt (avec moult majuscules) avait pu être affecté à développer des entreprises comme PriceMinister ?

À méditer !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire