jeudi 10 juin 2010

Coffee Avenue

Boire un café espresso en passant, discuter cinq ou dix minutes avec le barman, repartir avec un surcroît d'énergie vers ses obligations professionnelles, voici les ingrédients d'une convivialité toute citadine que l'on oublie trop souvent de valoriser.

Combien de vieux ronchons, touchant leur confortable pension de retraite (c'est un thème à la mode), affectent-ils de critiquer “les jeunes” et déplorer leur manque d'initiative ?

Mélangez ces deux paragraphes – en inversant le sens du second – et vous avez la recette de Coffee Avenue. Une idée tout simple, encore fallait-il y penser. Une minuscule camionnette charriant une authentique machine à café – au gaz, s'il vous plaît, autonomie oblige – et voilà que, place Charles Hernu à Villeurbanne, on peut passer un agréable moment avant de s'engouffrer dans le métro.


Pourquoi Coffee Avenue ? Pour une fois, l'anglais est de circonstance, puisque l'un des fondateurs de l'enseigne a travaillé à Londres (il connaît Hugh Grant pour l'avoir fréquenté à Notting Hill), et que même la camionnette vient d'Outre-Manche (comme l'indique le volant placé à droite).

La carte ne se limite pas au café espresso – pourtant digne des meilleurs caffé d'Italie (attention à la décharge de caféïne !) – et propose toutes sortes de cocktails : cappuccino agrémentés d'une kyrielle de parfums, versions “frappées” (le choc !) ou thé glacé, c'est l'embarras du choix.
Dès lors, tout est possible, même d'écouter un chanteur amateur reprenant un succès de Julio Iglesias. Quant à la carte de fidélité, elle réserve des surprises, qu'il vous appartiendra de découvrir (sinon, ce ne sont plus des surprises, eh, banane !) Attention cependant à ne pas rater votre rendez-vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire