vendredi 5 mars 2010

Déceptions définitives

Les fidèles lecteurs de ce blog auront noté l'irritation du blogueur à l'égard de l'emploi de mots anglais francisés à tort et à travers dans les jargons professionnels. L'expression “je suis définitivement d'accord” en donne un exemple courant (definitively signifie “absolument”, “avec certitude” et non “définitivement”, qui se traduit en anglais par… “permanently”). Autre démonstration, par l'absurde cette fois-ci.
Considérez ce livre américain, écrit par un célèbre pirate informatique (repenti), Kevin Mitnick. Son titre est The Art of Deception. Traduisons par “l'Art de la déception” et voilà que nous songeons à un traité philosophique écrit par un romantique du XIXe siècle.
Eh bien, désolé (sorry), ça n'a rien à voir. Je sens que vous êtes déçus. Deception, en anglais, signifie tromperie, duperie ou supercherie, autrement dit, en informatique, les actions frauduleuses de pirates usurpant des identités par exemple.

Ceci montre que le simple transfert d'un mot anglais pour “faire jargon” ne marche pas à tous les coups. Évoquer la “déception” dans un article traitant d'informatique serait hasardeux (au sens de harzardous, c'est-à-dire dangereux), non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire