mercredi 11 novembre 2009

Pourquoi ?

Tous les enfants sont passés par là, vous et moi y compris, je veux parler de la période des “Pourquoi ?”
Aujourd'hui, grâce à l'innocence (?) des algorithmes de Google, il est possible de savoir sur quoi s'interrogent le plus fréquemment les internautes.

Vertige métaphysique ! Il semble donc que les internautes francophones se demandent en priorité pourquoi les musulmans ne mangent pas de porc, puis les raisons de la salinité de la mer et de la couleur bleue du ciel, ce qui est plus romantique.

Côté réponses, c'est sur “Pourquoi vivre” que le World Wide Web est le plus disert, avec un score de près de 12 millions, suivi de “Pourquoi pas”, une sorte de réponse à la question précédente qui ne manque pas d'humour !
En dernière ligne, avec tout de même plus de 6 millions de réponses, une question d'actualité : “Pourquoi travailler ?” J'ai la réponse, car je vis en France, la patrie dont Nicolas Sarkozy est le directeur-général et qui s'interroge sur son identité nationale : pour gagner plus, bien sûr !

Nos amis anglophones sont plus terre à terre si je puis dire. Voici ce que donne la requête “Why” sur le Google américain :


La couleur du ciel et celle de la peau de feu Michael Jackson sont les deux seuls points communs avec le pourquoi francophone. Le reste est plus “pipi-caca” avec l'étrange question “pourquoi ma merde est-elle verte”, qui laisse perplexe, moult interrogations sur les chiens (qui mangent de l'herbe ou leurs déjections), les chats (pourquoi ronronnent-ils, c'est une question fondamentale en effet) sans oublier la question philosophique essentielle : pourquoi les hommes ont-ils des mamelons (nipples).

De quoi être tenté de tester d'autres idiomes, comme l'espagnol :


Décidément ! Le ciel et la mer sont toujours au programme (salada signifie en effet salée et non salade), ainsi que le regretté Michael Jackson. On appréciera le romantique “Porque te quiero” (pourquoi je t'aime) . Nos amis hispanophones se distinguent en revanche avec les moustiques (mosquitos) et s'interrogent sur les rapports hommes-femmes, le classique (repris dans moult livres) “Pourquoi les hommes n'écoutent pas et que les femmes ne comprennent pas les cartes (géographiques, hein, pas “à jouer”).

Nous conclurons avec l'humoristique “Porque por que”, qui reçoit le prix de la requête.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire