mardi 17 novembre 2009

Big Brother est ton ami

Quand on évoque l'éventualité d'une dictature écologiste, votre interlocuteur trouve que vous “exagérez”. Comme la vocation de ce blog est, entre autres choses, d'exagérer (à bon escient s'entend), voici un exemple tout frais.

Aux Pays-Bas, un projet, baptisé avec un bon goût admirable, “Big Brother” (ci-contre, G. Orwell) prévoit de pister au GPS tous les automobilistes afin de les taxer au kilomètre parcouru. Le porte-parole du gouvernement promet que la facture ne détaillera pas les itinéraires, se contentant des kilomètres. La facture, certes, mais quid des ordinateurs qui auront enregistré les données ?

L'article du Monde indique que “seuls les populistes et les ultra-libéraux osent se montrer critiques”. Eh ben merde, alors ! Moi qui me croyais ni l'un ni l'autre, voilà qu'on me “classifie” à mon insu. Cette affaire est l'illustration exemplaire de la dérive écologiste. Car si vraiment il ne s'agissait que de taxer au kilomètre, il suffirait de placer des compteurs plombés (ou équivalents) dans les voitures et de les relever chaque année.

Mais non. On préfère installer une surveillance des déplacements. Il me semblait que la liberté d'aller et venir figurait parmi les libertés fondamentales. Trop simple, peut-être, pour être désormais garantie. À quand une taxation des litres d'air inspirés, ou, mieux, des caméras de vidéo-surveillance dans les chiottes pour vérifier qu'on ne consomme ni trop de papier-cul, ni trop d'eau de chasse (d'eau) ?

J'exagère ? Eh oui, encore une fois. Mais il y a de ça, non ? Imaginez les tentations des gouvernements autoritaires, comme celui de notre directeur-général, face à une telle base de données. Les exceptions pleuvraient pour autoriser la lecture des lieux fréquentés par les automobilistes, évidemment !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire