jeudi 15 octobre 2009

Le bon plaisir

Une fois encore, le blogueur court derrière le chroniqueur. Mieux vaut s'en remettre à des plumes expertes et citer deux extraits de la Chronique de Jacques Julliard (Nouvel Obs de ce jeudi) :
Je ne sache pas que de Gaulle ait jamais songé à nommer son fils Philippe au ministère de la Marine.
Et cette judicieuse remarque sur la désormais fameuse “ouverture" :
On notera pourtant que cette ouverture à gauche pratiquée par la droite comporte en général une limite, la politique fiscale.
Me permettra-t-on d'ajouter quelques notes personnelles ?
À force de jouer le tohu-bohu, de nous assourdir de tintamarre médiatique, à force de nous éblouir (et de nous aveugler) d'images masquant tout le reste, notre président (hyper ou infra) nous cuisine une tambouille mélangeant tout et n'importe quoi. Qu'il ne s'étonne pas, désormais, que de cette informe bouillie surgisse l'amalgame.

Trouvez un moyen de revoir le film Le bon plaisir, de Francis Girod, scénario de Françoise Giroud. Où quand la fiction est en deçà de la réalité… Et ne me dites pas que j'exagère !

Pour être tout à fait juste, je vous livre cette méditation de Philippe Val (que je livrais dans un livre, pardonnez-moi la pub), qui illustre avec effroi ce qui se produit depuis quelques semaines sur Internet :
L’opinion prime sur l’information. Le désir de croire l’emporte sur le désir de savoir. On va chercher sur Internet de quoi nourrir nos névroses et nos obsessions.
Attention en effet à ne pas confondre nos désirs (d'avenir, ha, ha !) et la réalité. À ne pas nous limiter à ce qui confirme nos coups de colère. Rien n'est simple…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire