jeudi 20 août 2009

Randonnées aoutiennes


5 août : l'un des étangs du “sentier des trois gouilles” (avec un G comme Gustave, le mot signifie “étang”, calembours proscrits) au-dessus de Servoz.


6 août : sur l'arête terminale du Prarion, la vue sur l'aiguille et le dôme du Goûter est magnifique.


7 août : le glacier d'Argentière façonne d'étranges sculptures de glace.


8 août : aux Ayères, la fontaine et le massif du Mont-Blanc (la photo date du 16, car ce jour-là nous étions au cœur des nuages…)


9 août : chalets et lac de Pormenaz, au départ du Mont (Servoz). Le temps de prendre une photo et me voici (très) en retard…


10 août : la pointe d'Ayères, véritable étrave de navire fendant les nuages…


11 août : en montant aux Posettes et à la Tête de Balme, le mont Blanc et ses voisins font les coquets en s'empanachant de brumes matinales.


12 août : sur le plateau du Désert de Platé, avant de redescendre les “égratz” (degrés) de Platé.


13 août : quand le soleil éclaire les Grands Charmoz et le Grépon depuis l'envers. Cliché pris depuis le refuge du Plan de l'Aiguille, peu avant 9 heures du matin, après 1200 mètres de montée.


16 août : depuis le chalet de Moëde-Anterne, trois chaînes de montagnes en diorama. L'aiguille de la République titille l'arête des Hirondelles des Grandes Jorasses…


17 août : solitude au signal Forbes, sur fond de Mer de Glace et de Grandes Jorasses.


18 août : il faut absolument aller se restaurer au refuge de Lognan, à deux pas de la station de téléphérique homonyme. Accueil chaleureux de “Clo” et repas savoureux, même à dix heures du matin (partis à 6h30 des Tines, nous avions faim).


19 août : en pleine canicule, un timide orage consent à se déclencher au-dessus de Servoz tandis que le soleil fait jaillir un arc-en-ciel.

1 commentaire:

  1. Magnifique étang des trois gouilles, comme proscrit, pas de calembour!
    Et ces nuages qui nimbent les cîmes...et le soleil derrière les Grands Charmoz!
    A la tienne (dans le refuge!), qu'elles sont belles ces photos!!

    Grosses bises aux deux crapahuteurs devant l'Eternel!

    RépondreSupprimer