dimanche 30 août 2009

Un itinéraire pour le lac Blanc

Le lac Blanc est l'un des sites les plus réputés de la vallée de Chamonix. Au cœur du massif des Aiguilles-Rouges, il dispose d'un recul idéal pour donner aux sommets du massif du Mont-Blanc toute leur ampleur, de l'aiguille Verte jusqu'au mont Blanc lui-même. Plusieurs itinéraires y donnent accès, le plus aisé consistant à emprunter les remontées mécaniques jusqu'à la Flégère, voire jusqu'à l'Index, puis à monter (ou traverser) jusqu'au lac. Nous vous recommandons un autre cheminement, un peu plus long, mais beaucoup plus varié et intéressant.


Garez-vous au parking de la gare SNCF d'Argentière (1244 m). Vous comprendrez pourquoi. De là, remontez la rue principale d'Argentière sur une centaine de mètres, jusqu'à découvrir à gauche un sentier qui démarre en pleine “ville”. Il prend vite de l'altitude au milieu de la forêt. Derrière vous, le soleil sera peut-être en train d'émerger du Chardonnet.


À la première intersection (0h30, 1437 m), n'allez pas à droite (variante par les aiguillettes) mais à gauche. Dix minutes plus tard, nouvelle intersection : laissez à gauche la direction de la Flégère pour prendre franchement à droite (0h40, 1519 m).


Progressivement, vous sortez de la forêt et passez au pied de dalles de gneiss moutonnées. Profitez-en pour exercer l'acuité de votre regard en tentant de découvrir les quelques “spits” (pitons à expansion) placés là par des varappeurs (le jeu consiste à le trouver sur la photo : cliquez dessus pour l'agrandir, ce sera tout de même plus commode).


Le sentier s'en va sur la gauche contourner un ressaut raide. Il est un peu plus escarpé puis offre de belles perspectives sur le mont Blanc (encore et toujours lui !)


Au détour d'un lacet, vous découvrirez le chalet des Gardes, où devaient faire halte les douaniers et autres gendarmes au XIXème siècle, lorsqu'ils surveillaient la Vallée depuis les sentiers (1h40, 1865 m).


Ce petit chalet peut être loué aux randonneurs comme le propose un écriteau.


L'ambiance change, les perspectives deviennent vastes, que ce soit sur le massif du Mont-Blanc ou sur les Aiguilles-Rouges. On reconnaît aisément l'aiguille de la Persévérance et son profil altier. Elle tient probablement son nom de la longue marche d'approche nécessaire pour gagner l'attaque de ses escalades réputées (en particulier les arêtes sud et nord-est).


Le chalet des Chéserys se situe à presque 2000 mètres d'altitude, au niveau d'un carrefour de sentiers (2h00). N'empruntez pas l'itinéraire “bis” vers le lac Blanc car il s'en va vers la Flégère et retrouve le sentier-autoroute, surchargé.


Préférez la direction du lac des Chéserys, sur la droite.


Vous passerez successivement à proximité de deux cairns, pour, au second, partir franchement à gauche (2h30, vers 2200 m) et parvenir un quart d'heure plus tard au lac des Chéserys (2211 m).


Très apprécié des photographes, le lac forme un miroir dans lequel se reflète la chaîne du Mont-Blanc. Le grand angle est cependant requis si l'on souhaite embrasser d'un seul cliché tous les sommets !


De là, on aperçoit le refuge du lac Blanc, que l'on rallie en un peu moins d'une demi-heure, en empruntant au passage quelques échelles et portions de sentier aménagées (3h00 environ d'Argentière). Rien de vertigineux ni dangereux, soyez rassurés !


Le site du lac Blanc (2352 m) et son refuge, nous l'avons dit, constituent un belvédère exceptionnel sur le massif du Mont-Blanc. À tel point d'ailleurs que la montagne qui le domine (retournez-vous) s'appelle… le Belvédère.


Le Belvédère est le point culminant des Aiguilles-Rouges, ratant de peu les 3000 mètres d'altitude (2965 m). On le reconnaît à son curieux “chapeau calcaire” ressemblant, de loin, à la toiture d'un bâtiment. C'est aussi le sommet présentant à la fois l'itinéraire d'escalade le plus facile du massif (sa voie normale, avec une jolie cheminée en deuxième degré) et les voies les plus techniques et les plus difficiles des Aiguilles-Rouges. Celles-ci se développent dans la partie compacte de la paroi, à droite de l'aplomb du sommet. Ces voies “modernes”, ouvertes par des spécialistes comme Michel Piola, portent des noms évocateurs : Baisers orageux, Pour avoir trop rêvé ou Le mariage de la terre et du vent. Elles opposent toutes des passages situés en haut de l'échelle des difficultés (sixième voire septième degré sur les neufs que compte cette échelle).


Plus à gauche, c'est la pointe Nord des Crochues (2837 m), dernier sommet de la classique Traversée des Crochues (peu difficile). Avec un peu de chance, vous pourrez distinguer des alpinistes se tenant au sommet.


Depuis le lac Blanc, l'aiguille Verte dans toute sa majesté (4122 m), avec, sur sa droite, l'aiguille Croux et l'aiguille Sans-Nom.


Le cliché ultra-classique du massif du Mont-Blanc vu du lac Blanc.

Pour descendre, vous pouvez emprunter le même itinéraire qu'à la montée, mais c'est un peu monotone. Vous pouvez aussi rejoindre le col des Montets, mais ce sera un peu compliqué d'aller récupérer votre voiture à Argentière. Aussi pouvez-vous vous accorder une “assistance mécanique” en redescendant à la Flégère par l'itinéraire “normal”. Mieux vaut dans ce cas être partis tôt le matin pour éviter la file d'attente au téléphérique. Le sentier est parfois caillouteux (à croire qu'il a été usé par les multiples passages) et vous ramène en une heure et quelque à la Flégère (1890 mètres d'altitude, soit à peine 500 mètres plus bas que le lac).


La descente coûte environ 10 euros (contre 12,50 pour un aller-retour, la marche à pied n'est ici guère encouragée, voir annexe tout en bas de cet article). La Compagnie du Mont-Blanc s'attache en effet à “créer de la valeur pour ses actionnaires”, ceci expliquant cela. Une fois aux Praz-de-Chamonix, traversez le carrefour au milieu duquel trône la jolie petite chapelle sur fond de Drus et d'aiguille Verte, repérez le passage à niveau, ne le traversez pas mais longez la voie ferrée sur quelques dizaines de mètres pour découvrir la petite gare des Praz-de-Chamonix. Un train y passe, cadencé à l'heure, et vous ramènera à la gare d'Argentière via les Tines et la Joux, en une dizaine de minutes.


Depuis la gare, une amusante perspective superpose l'aiguille de l'M (au premier plan) et les Grands Charmoz (au fond), flanqués de leur célèbre aiguille de la République (à gauche).

Toutes les photos de cet article ont été prises le jour de la randonnée, sauf celle du lac des Chéserys, qui date de 2005.


Annexe : courrier adressé à la compagnie du Mont-Blanc. (Je vous tiendrai au courant de la suite qui lui sera donnée).

« Messieurs,

La tarification de vos installations de la Vallée souffre d’un défaut dommageable : les parcours simples, en particulier les descentes, sont tarifés presque aussi cher que les allers-retours. Il est vrai que, traditionnellement, on encourage les clients à préférer l’aller-retour. Dans le contexte de la randonnée, cependant, cette politique n’est guère pertinente puisque le client souhaitant marcher, l’aller-retour ne présente pour lui aucun intérêt !

Âgé de cinquante ans, je fais partie de ces randonneurs qui commencent à préférer la montée à la descente ! Aussi ai-je souvent envie de monter à pied, tôt le matin, pour profiter de la lumière du soleil levant et de la tranquillité sur les sentiers, quitte à emprunter vos remontées pour… descendre (si je puis me permettre cet emploi impropre de « remontée »).

Or à chaque fois, c’est le « coup de massue ». 18 euros pour descendre du Plan de l’Aiguille ou du Montenvers, 10 euros à Lognan ou à la Flégère. Il faut, de surcroît, multiplier cela par deux quand on randonne en couple. Reconnaissez que 36 euros pour un retour du Plan, c’est une somme !

Comme vous nous invitez à effectuer des suggestions, voici la mienne : un billet spécial « descente matinale », à utiliser avant midi par exemple, au prix de l’ordre de 5 ou 6 euros. La plupart de vos trains et bennes descendent en effet à vide dans cette plage horaire, autant les remplir. Cette formule rendrait aussi service aux gens qui travaillent dans la Vallée et souhaitent faire une rapide randonnée matinale pour entretenir leur forme physique…

Espérant que ma suggestion retiendra votre attention, je vous adresse mes cordiales salutations »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire