jeudi 9 juillet 2009

Méga-connerie

L'actualité va vite. Nouvel exemple d'hypocrisie flagrante, l'affaire des “méga-camions”. Issu, paraît-il, du Grenelle de l'environnement, un projet consisterait à autoriser la circulation de camions de fort tonnage (60 tonnes contre 40 au maximum actuellement). Heureusement, des voix se sont élevées contre cette initiative paradoxale et le secrétaire d'État aux transports botterait en touche en soumettant le projet à une “commission” (en attendant une décision en catimini via les institutions européennes pour, une fois encore, se défausser sur l'Europe ?)


Les méga-camions ou mega-trucks ou méga-machins…

L'excuse consiste à affirmer que l'augmentation du tonnage (+50%) permettrait des économies d'échelle. Économies sur les êtres humains, comme d'habitude (un seul chauffeur pour plus de tonnes transportées), c'est incontestable. Quant aux économies sur les émissions de CO2, elles sont sujettes à caution, pour une raison simple et connue : l'usure des routes et la consommation de carburants s'accroissent exponentiellement dans le cas des poids-lourds. En conséquence, les économies vantées risquent au contraire de tourner aux “déséconomies” en pollution mais aussi en travaux d'entretien d'infrastructures. Or ces derniers consomment eux-aussi du CO2. Sans parler de l'accroissement du trafic résultant des économies en frais de personnel, l'entretien étant payé par l'ensemble des usagers via les impôts et les péages d'autoroutes.

Énième hypocrisie donc : au nom de l'environnement, voici que l'on en viendrait à prendre des mesures accroissant la pollution. Pas mal, dans le genre ! Une méga-connerie osera-t-on rétorquer…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire