jeudi 4 juin 2009

La logique des fenêtres

Vue de l'extérieur par les non-pratiquants – les Italiens diraient “non credenti” – l'informatique est censée incarner la logique parfaite. C'est oublier que, derrière le système d'exploitation, il y a aussi des humains, les concepteurs et programmeurs, et que leur logique n'est pas aussi stricte que les zéro et les 1 du langage binaire…

Exemple : vous expliquez à un débutant qui découvre Windows et ses fenêtres qu'il est facile de déplacer l'une d'entre elles.
– Comment faire ?
– Eh bien effectuez un glisser-déposer en saisissant la fenêtre par sa partie supérieure.
– Où exactement ?, vous est-il demandé.
– N'importe où dans sa partie supérieure, celle qui est lisse, avec cet aspect métallique.
Le débutant clique, par exemple sur le rebord supérieur gauche de cette partie lisse et sans défaut, sans aucun symbole qui annoncerait un bouton, un menu ou une fonction quelconque.


– Mais ? Que se passe-t-il ? Je ne peux pas déplacer la fenêtre ! Et c'est quoi, ce rectangle qui apparaît ?, sont les exclamations et questions que vous entendez alors.
Comment expliquer cela ? Se lancer dans un docte exposé sur l'historique de Windows, expliquant que dans la version 3.1, le menu-bouton de gestion des fenêtres se trouvait en haut à gauche de chaque fenêtre et que, par analogie, pour que les utilisateurs conservent leurs habitudes, cette fonction a été maintenue dans Windows 95, puis Windows XP et qu'enfin Windows Vista l'a reproduite, mais sans le dire, juste comme ça, sans le signaler par un symbole graphique, en catimini ? Évidemment non. Vous devez vous contenter de faire amende honorable et de décréter que c'est ainsi…
La réponse est imparable :
– Ce n'est pas très logique, l'informatique… Et en plus, c'est compliqué ! Il va falloir que je me souvienne qu'il faut cliquer “n'importe où” sauf… dans cette zone non délimitée. Ouh la la.

Merci Microsoft !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire