dimanche 7 juin 2009

Elections Européennes


Eh oui, nous votons souvent ! Présidentielles (2 tours, 2007), Législatives (2 tours, 2007), Municipales (2 tours, 2008) et Européennes (1 tour, 2009).

À midi, environ 15% des électeurs français s'étaient déplacés pour voter, soit un peu plus qu'en 2004 (13,6%). À Villeurbanne, où j'ai voté à 13 heures et quelque, le taux affiché à la craie sur le tableau noir était identique : 15%. Je m'attendais à une vingtaine de listes, il n'y en avait finalement que 14 sur la table, ce qui est déjà pas mal ! (Recherches faites sur le Web, il devait y avoir un problème de stocks de bulletins puisque 21 listes étaient annoncées pour la circonscription du Sud-Est.) Non, je n'ai pas “jeté les bulletins dans la corbeille” comme je le craignais un moment hier. J'en ai mis un dans l'enveloppe et l'enveloppe dans l'urne. Seul à voter dans le bureau 121, j'ai rapporté quelques bulletins afin de les reproduire ici (cela ne suffira pas à ce que vous sachiez pour qui j'ai finalement voté, ce serait trop facile, sans oublier que le vote est secret !)

Quatre liste sur la droite : UMP, Debout la République (Dupont-Aignan), MPF-CNPT (de Villiers) et Front National.

Quatre liste sur la gauche : PS (Vincent Peillon), Front de Gauche (PCF et alliés), NPA (Besancenot), Lutte Ouvrière (Nathalie Artaud, qui a pris la suite d'Arlette Laguiller, est lyonnaise).


Deux listes écologistes : Europe Écologie (Cohn-Bendit & Cie), Alliance Écologique Indépendante (avec Francis Lalanne comme tête de liste, présenté comme “poète” !).

Les centristes du MoDem, avec Jean-Luc Bennahmias comme tête de liste (dont le site Web est “temporairement fermé”).


Trois listes “non identifiées” a priori : Résistances (avec un Victor Hugo comme tête de liste), une liste espérantiste (Europe Démocratie Esperanto) et une liste qui a voulu profiter de la fête des mères (Solidarité France, au slogan de “Pour la fête des mères, votez pour la vie”, dirigée par un réalisateur de cinéma nommé “Chauvin”).


Parmi les questions en suspens (et qui causent du suspense) figurent :
  • La participation : remonterons-nous au-dessus des 50% ou pas ?
  • La bataille de la troisième place, pour laquelle Cohn-Bendit et Bayrou se sont affrontés violemment jeudi soir à la télévision…
  • Le score du PS : descendra-t-il en dessous des 20% ou connaîtra-t-il un sursaut ?
À suivre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire