dimanche 8 février 2009

Coupe-faim

Vous êtes nécessairement tombé un jour ou l'autre sur ce genre d'établissement. Souvenez-vous, un jour où vous voyagiez, pour affaires ou en touriste, et deviez prendre le train dans une gare importante – Lyon Part-Dieu par exemple. Votre train partait mettons à midi et il était 11h20 à peu près. Levé tôt, vous sentiez une petite faim vous titiller l'estomac. Quelque peu inquiet à l'idée de rater votre train, vous préfériez ne pas vous éloigner de ladite gare.

Avisant la série de brasseries alignées à proximité immédiate du hall de gare, vous entriez dans l'une d'elles. « On peut manger, à cette heure ? – Installez-vous ! » Le barman ne se distinguait pas par son amabilité. Peu importait : vous disposiez de 20-25 minutes pour engloutir un plat du jour, l'heure n'était pas aux conciliabules. Le décor simple, pour ne pas dire simplet non plus que sordide ou sinistre, semblait confirmer la rusticité du bistroquet tout en laissant supposer des tarifs modérés.

Vous manquiez de tomber en syncope en consultant la carte. Le moins coûteux des plats était un "hamburger maison" proposé pour la coquette somme de 21,50 euros ! Un steak frites exigeait de porter son effort jusqu'à 26,50 euros. Vous rabattant sur les entrées, vous parcouriez la liste des salades, facturées de 16,50 à 18,50 euros.

Comme, au bout de cinq bonnes minutes personne ne s'était présenté pour s'enquérir de vos desiderata, vous déguerpissiez discrètement et piteusement, non sans avoir remarqué avec un frisson de dégoût la viande hachée sèche et grise à moitié dissimulée par deux tranches de pain de mie rassis, elles-mêmes affublées de feuilles de salades flétries que votre voisine de table contemplait d'un œil torve…

Au moins la faim avait-elle cessé comme par miracle de se manifester, et au moins seriez-vous à l'heure pour attendre le train sur le quai.

Cet établissement existe : j'y suis entré dans des circonstances comparables jeudi 5 février dernier. Comment appele-t-on cela ? Le coup-de-fusil ? L'abus de position dominante ? Le foutage de gueule ? Le coupe-faim ? Au choix… ou à la carte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire