mercredi 26 novembre 2008

Désir de 2012

Dans une vidéo publiée sur le site du Nouvel Observateur, Ségolène Royal explique à quoi elle va passer désormais son temps, car, déplore-t-elle ironiquement : « Je vais avoir du temps par la force des choses ». L'ex-candidate du PS à la présidentielle « continue plus que jamais » et incite ses partisans à la rejoindre à Désirs d'avenir. Elle se félicite d'avoir désormais « une équipe soudée » sans qu'on sache s'il s'agit du PS ou de son club.


Sur le vote, l'amertume domine : « la moitié, que dis-je ?, sans doute un peu plus, car nous n'avons pas eu droit à un nouveau vote » indique-t-elle, perfide (ci-dessus). Lors de l'élection présidentielle, nous n'avons pas non plus eu droit à un nouveau vote, des fois que les Français aient changé d'avis et lui aient donné la majorité. On retrouve ici ce trait souvent irritant des personnalités politiques qui refusent la règle de la majorité et souhaitent que l'on revote – comme pour les référendums sur l'Europe.

Quoi qu'il en soit, « 2012 c'est demain » conclut-elle, faisant montre d'un indiscutable « désir de 2012 » ! Avant cela, les élections européennes auront eu lieu. Et l'on se doute bien que Ségolène Royal souhaite bonne chance à sa première secrétaire…

Un puzzle de néologismes
Au-delà des petits calculs et des petites phrases, Ségolène Royal semble la vraie gagnante de ce scrutin. Qu'elle soit majoritaire ou pas ne change rien à l'affaire : même avec 49,9%, elle trouve en face d'elle une "majorité façon puzzle" composée d'aubryïstes (aubrystes ?), de jospino-delanoïstes, de fabiusiens, de strauss-kahniens, d'emmanuellistes, de hamoniens et de montebourgeois – sans compter quelques hollandais – qui risque d'éclater rapidement face aux royalistes…

Au passage, Google aura, encore une fois, le plaisir de référencer d'intéressants mots-clés :


Pour le moment, en effet, le moteur de recherches demeure hésitant, et associe librement à partir de son inconscient d'ordinateur Benoît Hamon à l'harmonie et Martine Aubry à une artiste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire