jeudi 24 juillet 2008

Ségolène ne sait pas compter

À la suite du vote du Congrès sur la révision de la Constitution, Ségolène Royal a déclaré avec emphase :
Une seule voix a fait la différence, pourra-t-on en connaître le prix ? […] Comme disait François Mitterrand : "sur le chemin de la trahison, il n'y a que le fleuve de la honte à traverser."

Suivez son regard. Qui serait le traître ? Jack Lang bien évidemment.
Cependant, avant de pérorer, encore faut-il savoir compter. Le 21 juillet, 905 parlementaires étaient rassemblés (576 députés et 329 sénateurs). Lors du vote, 9 se sont abstenus, ramenant le total des votants à 896. La majorité des trois cinquièmes requise s'élevait à 896 / 5 x 3 = 537,6 arrondi à 538 voix. Les votes "pour" ont rassemblé 539 parlementaires, les "contre" 357. Il y a donc eu deux voix de majorité très exactement. Si le "traître" s'était abstenu, la majorité des 3/5è aurait été ramenée à 537 tout rond (895 / 5 x 3). S'il avait voté contre, les 538 voix "pour" auraient suffi. Dans les deux cas, la révision aurait été adoptée.



En réalité, ce sont les Radicaux de gauche qui ont permis l'adoption du projet, séduits par la promesse de Nicolas Sarkozy d'abaisser le seuil de création d'un groupe parlementaire de 20 à 15 députés, afin qu'ils puissent en former un. De quoi réfléchir sur l'attitude des "centristes" lors d'un vote, capables de faire la différence car manipulables, en dépit de leur faible effectif.

L'emphase de Ségolène Royal dans toutes ses récentes interventions a pour but de la faire apparaître comme une opposante intransigeante et de la qualifier dans la course à la candidature pour 2012. Encore faut-il préparer ses "petites phrases" avant de les prononcer. Que dire de sa "main tendue" à François Bayrou entre les deux tours de la présidentielle de 2007 – que pour ma part j'avais plutôt approuvée – à la lumière de la même intransigeance ? Ne s'agissait-il pas de la traversée d'un "fleuve de la honte" aux yeux de certains socialistes ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire