samedi 17 mai 2008

Le Monde des italiques

Il faut de tout pour faire un monde, y compris dans le monde des médias. C'est ce qui le rend indispensable. Tout le monde connaît le Monde. Or, si le monde va mal, Le Monde ne se porte pas très bien lui non plus. Et cela ne va pas sans m'inquiéter, car seule la lecture du Monde me permet de regarder le monde d'un œil moins pessimiste. « Avec tout ce qu'on voit à la télé ! » entend-on déplorer, non sans raison d'ailleurs : la petite lucarne ouverte sur le monde en donne une image étriquée, réductrice et à bien des égards caricaturale. Vive « Le Monde » par conséquent ! Que vivent ses éditorialistes, billettistes, journalistes, rédacteurs, sans oublier les correcteurs et les typographes, si habiles à utiliser à bon escient les italiques. Vous l'aurez compris, sans les italiques, le monde décrit dans le Monde nous serait incompréhensible.

Ces dernières semaines, le quotidien reproduit dans ses éditions les "unes" d'il y a quarante ans. Intéressante chronique des événements de Mai 68. On y note au passage un petit détail typographique amusant. La question des lettres capitales est toujours complexe. Un exemple couramment fourni est celui du Quartier latin, que l'on recommande d'écrire tel que vous venez de le lire : majuscule à Quartier seulement. On constate qu'en Mai 68 les typographes le composaient dans l'autre sens : quartier Latin. De quoi y perdre son latin ! À moins que les événements de Mai n'aient donné au Quartier ses lettres de noblesse, un comble pour un mouvement qui se voulait populaire…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire