dimanche 20 avril 2008

Le dégueulis d'Austerlitz

Pour passer de la gare de Lyon à la gare d'Austerlitz, il m'arrive fréquemment de traverser la Seine sur le pont Charles-de-Gaulle. Le décor des deux rives ne peut laisser indifférent : BNF au fond à droite, Ministère des Finances au fond à gauche, et, de part et d'autre du fleuve, des immeuble de bureaux, les uns des années soixante-dix (rive droite), les autres de ce début de siècle (rive gauche). Il restait des petits bâtiments en déshérence, anciens docks. Je savais qu'il était prévu de les rénover. J'avais imaginé des projets dans l'esprit des docks de Londres, respecteux de ces bâtiments modestement fonctionnels, discrets et pourtant capables d'agrémenter les rives de la Seine. Samedi dernier… surprise – cauchemar – voici ce que j'ai vu :



Essayer de décrire avec des mots une telle horreur exige de fouiller dans le dictionnaire : dégueulis d'un être malade ? Glaire d'un enrhumé de compétition ? Chewing-gum mal mâché et vomi derechef ? Contenu d'un tube de dentifrice synthétique, pourri et avarié ?



Quelle prétention ! Sous prétexte que le XXème siècle a vu le "n'importe quoi" s'imposer avec grossièreté, voici que des architectes appliquent la politique du pire. Et allons-y, sans arrière-pensées, déroulons ce stupide marshmallow, cette pâte à la couleur écœurante, et gâchons une fois pour toutes ce site qui, bon an mal an, commençait à trouver son équilibre.

De quoi préférer à ces fantaisies conçues sur l'écran d'un ordinateur piloté par un allumé les austères alignements de fenêtres de la gare Montparnasse. Un comble pour qui, comme moi, ne cesse de déplorer les dessins monotones des "monstres" des années soixante et soixante-dix !



Façade de l'immeuble d'habitation qui borde la gare Montparnasse à l'Est des voies ferrées, signé de l'architecte Dubuisson (1964).

Le dégueulis d'Austerlitz est l'œuvre (si l'on peut dire) de deux architectes (si l'on peut dire) : le français Dominique Jakob et le Néo-zélandais Brendan Macfarlane (voir leur site à www.jakobmacfarlane.com). Ces locaux hébergeront la Cité de la Mode et du Design. Jolie référence ! On dit souvent que "les goûts et les couleurs" ne se discutent pas. Peut-être. Mais ce bâtiment de mauvais goût et d'une couleur dégoûtante démontrera pendant des années que, oui, des goûts et des couleurs il FAUT discuter !



Il ne me restait plus qu'à me retourner, pour contempler une forêt de panneaux de signalisations et de poteaux, et imaginer ce que doit penser de tout cela la tour de l'horloge de la gare de Lyon qui, après tout, en a vu d'autres depuis son érection en 1855 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire